Contes Disney en version GTS  

Page 1 / 6 Suivant
  RSS

michel miniature
(@michel-miniature)
Trusted Member
Inscription:Il y a 6 mois 
Posts: 80
11/05/2018 8:08  

Me revoilà donc pour continuer cette histoire que je compte pas arrêter de si tôt (je vais juste pas tout mettre en une fois car j'ai peur de faire planter un truc sur le fofo)

 

Bien, alors cette idée d'histoire m'est venue TOTALEMENT par hasard. Mais j'ai souvent imaginé les filles Disney en géantes alors j'ai imaginé un scénario assez basique je pense et une intrigue...ben vous verrez bien^^

[Attention !] Si certain(e)s pensent que mon histoire pourrai ruiner leur enfance surtout ne la lisez pas !

Je tient a préciser que je mettrai des chansons également mais parodier (pour que l'histoire ai néanmoins une pointe d'humour et un rapport avec le giantess quand même^^). Cette histoire sera divisée en plusieurs contes notamment les plus célèbres et a peu près dans l'ordre chronologique. Ah encore une chose, vu que nous somme dans l'univers Disney ne vous étonnez pas si certaines choses peuvent vous paraître exagéré^^

Bonne lecture à tous et toutes^^

Introduction

Sa y'est, l'émission spécial sur Disney à la télé viens de se terminer. Ah les contes Disney...j'ai toujours voulu vivre des aventures aussi fabuleuses que ce que je voyais en étant enfant...mais bon comment sa pourrait être possible. Et surtout j'aurai bien voulu rencontrer toutes ces filles tel Jasmine, Cendrillon ou Pocahontas. Le type de fille sois a qui la chance souris...sois non mais à qui on aimerai au moins voler un baiser. Il est tard et je doit me préparer pour une longue journée demain alors je part me coucher.
Je me met dans mon lit puis m'allonge et laisse le sommeil m'envahir lentement...lentement...lente.......

Conte 1: Blanche-neige et les sept nains

Chapitre 1

- Oh....c'est p*tain d'oiseaux c'est fou a quel point ils chantent fort aujourd'hui....et pourquoi j'ai plus ma couette maintenant ? Mais...

J'ouvre les yeux et la...

- Mais qu'est-ce que je fiche dehors ??? Malgré ce demi soleil j'aimerai bien dorm........on m'explique pourquoi l'herbe est si haute ???????

Autour de moi c'est une véritable forêt mais ce que j'aurai pu prendre pour des arbres ne sont qu'en réalité de simple brin d'herbe mais de plusieurs mètres de haut !

- Non...non je doit rêver.

Pour en avoir la certitude je me pince un grand coup....et rien, alors je décide de me gifler...toujours rien je ne rêve donc pas ! Soudain autour de moi le sol commence a trembler, fort même.

- Ils n'avaient pas non plus prévu de séisme aux infos !!!

En essayant de me stabiliser mon attention est portée vers le ciel car je vois quelque chose s'approcher. Et la j'hésite entre l'évanouissement ou le crie de terreur...au-dessus de moi, de ses grand yeux avec la bouche légèrement entre-ouverte, Blanche-Neige la fameuse princesse m'observe...mais elle est de taille titanesque, donc apparemment j'ai rétréci à une taille qui m'est totalement inconnue mais certainement en-dessous de 5cm et comble du délire je me suis retrouvé dans un conte.

- "Je ne sais pas si c'est un rêve ou plutôt un cauchemar !!!"

Tout sa à accumulé en un coup fait que mon premier réflexe est donc de...

- SAUVE QUI PEUX !

Je me met à courir sans me retourner et sans bien entendu penser une seule seconde que Blanche-neige pourrai me rattraper en un seul pas mais curieusement j'entend derrière moi:

Blanche-Neige: Ne vous sauvez pas, je ne vous ferai pas de mal, je ne voulais pas vous faire peur.

- Euh c'est à dire que...vous...vous m'entendez ?

Blanche-Neige: Bien sur et je vous vois également, ce n'est pas tous les jours que je rencontre un être de cette taille, vous êtes si mignon.

- J'aimerai surtout savoir comment je suis arrivé ici.

Blanche-Neige: Je vous ai vu tombé d'une sorte de trou noir extrêmement bizarre.

Elle se penche et me ramasse alors délicatement, vu de sa main elle a l'air encore plus grande.

Blanche-Neige: Je me prénomme Blanche-neige et vous ?

- Michel.

Blanche-Neige: Très heureuse de faire votre connaissance, vous êtes seul ? Vous n'avez pas d'amis ?

- Disons que je ne suis pas d'ici et surtout je n'ai jamais eu cette taille auparavant.

Blanche-Neige: Oh vous êtes perdu ? Moi aussi en quelque sorte, mais ne vous en faite pas je vais prendre soin de vous, maintenant que j'ai quelqu'un pour me tenir compagnie partout où je vais je ne vais pas m'en séparer.

- Euh excusez moi mais je suis un humain vous savez.

Blanche-Neige: je ne suis pas du genre à être méchante ne vous en faite pas et puis vous devez peut-être vous y habitue maintenant.

- M'habituez à quoi ? Ma taille ? Si c'est de sa dont vous parlez je suis sûre qu'il existe une solution.

Blanche-Neige: Avez vous la moindre idée de comment vous vous êtes retrouvé comme ça ?

-.....non je le reconnais.

Blanche-Neige: Vous voyez, allons soyez raisonnable il faudrait vous y faire:

Parodie de: Un sourire en chantant ( www.dailymotion.com/video/x7jjkt_03-un-s...blanche-n_shortfilms )
Blanche-Neige :
Dans ce monde de géannnnnts
Je chasserai tout vos ennuis, vous êtes si petit...comme une fourmiiiiie.
Dans ce monde de géannnnts
Le monde entier partage avec vous la grandeur du sooon...de ma chaaansooooon.
Pourquoi désespérer, quand je vais vous garder ?
Vous ne pourrez vivre longteeemps.
Si vous n'êtes pas à moi maaaintennaaaant .
Vivre chez les géaaants
Ne sera pas facile pour vous
Car vous êtes maintenaaaant
Dans un monde de géaaaants

Bon je le reconnais elle a une belle voix...mais elle vient pas de me dire que c'est la mort qui m'attend de la manière la plus douce que je connaisse ?

- Bon euh..je...je vous suis...

Blanche-Neige (avec un rire de petite fille): Oh je savais que vous feriez le bon choix. Mais nous devons trouver un endroit où nous abriter, allons tout droit nous finirons bien par trouver.

Et nous voilà parti dans la forêt...elle et moi bien sur, aucun animal n'est venu nous aider, comme elle me tiens dans le creux de sa main je prie légèrement pour qu'aucun oiseaux ne fasse un piqué sur moi. Et enfin on tombe sur la fameuse maison des sept nains:

Blanche-Neige: oh quelle jolie maison de poupée, mais elle serai encore trop grande pour vous.

Sur cette "blague" elle me fait un sourire taquin et glousse:

- "C'est sa fou toi de ma g**ele en plus..."

A L'intérieur grosse surprise pour moi, il n'y a pas sept chaises mais UNE chaise, pas sept lit mais UN lit, en gros c'est la même maison que dans l'histoire mais...en moins salle et moins grande et sa ma pas l'air très habité:

Blanche-Neige: Quelle mignonne petite chaise !

Elle me pose dessus:

Blanche-Neige: Vous êtes mignon la dessus.

- "J'ai surtout l'air con oui..."

C'est alors que soudain je vois un jolie fessier arrivé sur moi...mais jolie ou pas elle risque de me tuer !

- Eh attendez que je parte !

Blanche-Neige: Oh ciel je vous ai oublier.

Vu qu'elle me dit sa d'un thon plus que calme sa n'a pas l'air de l'avoir beaucoup inquiéter:

Blanche-Neige: Oh non regardez moi sa je suis plutôt sale, ma robe est pleine de poussière et j'ai bien besoin de me reposer. Michel j'aimerai que vous vous occupiez de me détendre.

- Pardon ? Je fais rien dans cet état là et puis vous avez vu la taille que vous faite ?

Blanche-Neige: Allons du courage.

Elle me prend puis s'installe sur le lit, enlève ses chaussures puis s'allonge et me pose a côté d'elle:

Blanche-Neige: mes chaussures aussi auraient bien besoin d'être nettoyé et pour vous y aider je vais vous donner de l'entrain.

- Mais...

Je n'ai même pas eu le temps de finir que la revoilà partie:

Parodie de : Siffler en travaillant ( )
Siffler en travaillant *sifflements*
Et tout mon corps paraît léger si vous savez siffler
Masser en fredonnant, hm hm hm hm hm hm hm
Vous irez vite car la musique vous aide a travailler
Nettoyer mes chaussures
Penser que vos affaires, seront des outils sûre
Sinon je pourrai vous écraser
(là j'ai pas rêver elle viens en quelque sorte de me dire que si mon boulot ne lui plait pas je fini ma vie...je décide de frotter mon vêtement sur le lit pour enlever la poussière)
Non non non non non, allez le rincer dans l'évier
Quand l'âme est folle, le temps s'envole
Sifflez en travaillant
(Je crois qu'il n'y a pas que l'âme qui est folle...je me tape le parcoure du combattant pour aller sur ce p*tain d'évier, mouiller mon vêtement comme un vieux torchon et repartir
Arriver à ses chaussures j'ai l'idée de me cacher sous le tapis pour lui faire croire que je me suis enfui vu qu'elle ne regarde pas dans ma direction...enfin je le pensais mais je vois un de ses pieds enveloppé dans cet espèce de collant rose s'abattre devant moi)
Non non non, pas sous le tapis
(Je continu mon travaille, a grand coup de massage, nettoyage de ses vêtement etc etc...)
Sifflez en travaillant

Pendant sa chanson j'ai passé mon temps a masser ses pieds, son corps, nettoyer ses vêtement , ses chaussures...a ma taille c'est un boulot de dingue et crevant qui plus est sans parler de sa menace bizarre là...non c'est pas un rêve, c'est un cauchemar !

A suivre

 

 


RépondreQuote
michel miniature
(@michel-miniature)
Trusted Member
Inscription:Il y a 6 mois 
Posts: 80
06/06/2018 6:02  

Chapitre 2

Après ce travail titanesque sur la personne de Blanche neige je pense que j'ai mérité un peu de repos:

Blanche neige *baille*: je m'endort un peu

- vous devez être très fatigué après cette journée....

Blanche neige : oh oui si vous saviez.

J'était sarcastique bien sûre...bref toujours allongé sur le lit elle me prend dans sa main et me colle contre sa poitrine assez...voluptueuse.

Blanche neige : bonne nuit Michel

- bo...bonne nuit Blanche neige

Ma position est vraiment...géniale je le reconnais mais je veux rentrer chez moi et surtout avoir ma taille ! Je tente de partir de sous la main de Blanche neige mais rien a faire j'ai beau tiré rien a faire.

- Bon essayons encore une fois !

J'y parviens enfin !

- maintenant grimpons au bord du lit et allons nous.....oh non

Derrière moi j'entend Blanche neige s'étirée :

Blanche neige : hmmmm finalement je ne peux pas dormir l'estomac vide, mangeons d'abord quelque chose...Michel mais que faite vous sur le bord du lit ?

- mais mais mais mais rien !

Blanche neige :....vous n'essayez pas de vous sauvez pas vrai ?

- bien sûre que nooon !

En disant sa elle a rapproché son visage de moi ce qui est assez flippant.

Blanche neige: bien mais avant je vais vous laver ou vous n'aurez pas a mangé.

Super si on veux mangé ici faut être propre entièrement, juste les mains n'auraient pas suffit ??? Bref la voilà qui sort avec moi en main vers le petit étang en face de la maison avec un savon dans l'autre main.

Blanche neige : déshabillez vous.

- pardon ? Vous n'êtes pas sérieuse.

Blanche neige *ricanant gaiement*: ne soyez pas gêné voyons.

Donc à contre cœur je me déshabille et la princesse me plonge dans l'étang:

- " OH PUT*IN QUELLE EST FROIIDE !!!"

J'aurai quand même pu me laver seul...mais bon quand une princesse qui fait la taille de l'empire state building veux faire quelque chose vaut mieux fermer sa g*ele.

Blanche neige : voilà et maintenant que vous êtes propre, à table.

- Bien.

Elle me ramène a l'intérieur puis me met ce quelle peux comme couvert à ma taille...je saurai pas vous décrire ce que c'est. Je la vois préparé ce qui semble être de la soupe, sa m'a pas l'air dégueulasse rien qu'à l'odeur. Une fois sa soupe prête elle me sert avec...quelques gouttes, se sert elle même et nous commençons à manger.

Blanche neige : c'est rigolo, quand je vous regarde je m'imagine que si l'idée vous prenait d'aller dans ma soupe vous en feriez partie.

Et sur ce elle éclate de rire...y'a rien a faire on a pas le même humour.

- Ah oui vous avez raison princesse..."c*nasse"

Après avoir fini de manger et "débarrasser" on aurait pu retourner se coucher tranquillement mais non voyons ! Car Blanche neige en regardant dans le coin de la pièce remarque un instrument...bien difforme.

Blanche neige : mais qu'est-ce donc que cela ?

J'ai l'impression que ce sont les instruments des 7 nains mais soudés ensembles:

Blanche neige : que se passe-t-il si j'appui sur une des touches ?

Evidement elle pouvait pas s'en empêcher et l'effet est immédiat. Après avoir appuyé, la musique de la fameuse "tyrolienne des nains" s'enclenche sans les voix bien entendu.

Blanche neige : oh c'est si entraînant ! Dansons !

- quoi ???

Elle me pose au sol et entame la même danse ou presque que dans le dessin animé...avec moi au sol !! Autant vous dire que je me dépêche de bouger dans tous les sens car sa ne sert a rien du tout d'essayez de lui dire que c'est dangereux pour moi. Je passe donc l'ensemble de la musique à esquiver ses pieds comme je peux tout en subissant également les tremblements de terre quelle fait. Une fois la musique fini:

Blanche neige *riant de bon cœur* : c'était très drôle !

- oh ouiiiii.....

L'horloge retentit:

Blanche neige : oh mon dieu il est très tard, retournons nous coucher.

La franchement je peux pas dire non je suis trop fatigué, impossible de tenter une évasion dans mon état. Je la laisse me reprendre et retourner en haut dans la chambre sur le lit...en me remettant dans la même position que tout à l'heure:

Blanche neige : bonne nuit mon ami

- bonne nuit princesse..."au moins j'ai échappé à un jour mon prince viendra c'est déjà ça!"

Blanche neige : et pour vous endormir je vais vous chanter quelque chose.

Pourquoi j'ai parler mais POURQUOI J'AI PARLER !!! Non y'a pas à dire, demain je doit trouver un moyen de foutre le camp.

A suivre

 


RépondreQuote
michel miniature
(@michel-miniature)
Trusted Member
Inscription:Il y a 6 mois 
Posts: 80
06/06/2018 6:02  

Chapitre 3

Après avoir essayé de trouver le sommeil malgré la chanson censé m'endormir.....en particulier parce que mes tympans en ont pris plein la tronche quand la princesse est monté dans les aigues, je passe au final une bonne nuit...mais mon esprit était toujours tourmenté par cette question : comment j'ai pu rétrécir à ce point ?

C'est sûrement par magie vu que Disney est magique....attend...la seule personne qui pourrait donc m'aider à cet instant c'est....la Reine ???????????? Non impossible, je devrait même me gifler pour une réflexion aussi stupide, la Reine ne pense qu'à elle et sa beauté, elle ne m'aiderai pas pour tout l'or du monde. Et si sa se trouve elle n'est pas là non plus.

Je suis soudain tiré de mes pensées par Blanche Neige qui se réveille, nous échangeons un bonjour respectif.

Blanche neige: bien dormi ?

- ma foi pas trop mal.

Nous descendons et pour le petit déj' Blanche neige me dit :

Blanche neige: et si je nous préparais une délicieuse tarte aux prunes ?

- volontiers, je n'ai rien contre les tartes.

Je la regarde donc préparer la tarte malheureusement en chantonnant de nouveau la même chanson qu'hier soir mais bon j'essaye de supporter. Sa tarte à vraiment l'air fameuse, quand soudain une chose que je pensais ne pas voir arriver ce produisit.

La Reine dans son déguisement de sorcière se tient là à la fenêtre en regardant fixement Blanche Neige, elle ma tellement surpris que j'ai sauté sur la princesse qui s'empresse de me mettre sur son épaule.

La Reine: tu fais des tartes mon bijoux ?

Blanche Neige: oui des....des tartes aux prunes.

La Reine : les tartes aux pommes c'est ce que les hommes préfère dans tout les pays! Avec de belles pommes comme celle-ci.

Je vois la fameuse pomme rouge empoisonnée, mais je ne sais pas ce que je doit faire....prévenir la princesse ou laisser les choses ce faire ? Oh et puis après tout je pourrai en profité pour essayer de parlementer avec la Reine. Blanche Neige la fait entrer malgré qu'aucun oiseaux ne l'ai attaquée.

La Reine : comme tu m'a l'air d'être très aimable je vais partager un secret avec toi, ce n'est pas une pomme ordinaire, elle a le pouvoir d'exaucer les vœux.

Blanche neige : elle exauce les vœux ?

La Reine : oui ! Un morceaux et tout tes vœux se réalisent. Fais un vœux et croque moi ça .

Elle lui donne la pomme.

Blanche Neige: je voudrais...je voudrais...

La Reine: c'est ça croque, croque.

Je saute sur la pomme pour essayer d'attirer l'attention de la Reine, peut-être que malgré tout elle pourrait m'aider.

- Eh par ici !!!!

Blanche Neige: je voudrais que mon prince m'emmène dans son château où nous vivrons lui et moi heureux à jamais.

La reine : bien, bien maintenant croque vite si tu veux que ton vœux se réalise.

Et là je me rend compte de ma bêtise...je me retourne et vois le visage de Blanche Neige se rapprocher, elle me voit sur la pomme mais elle n'a plus l'air de s'intéresser à ma présence, ses yeux sont perdus dans ses rêves. Et lentement elle ouvre la bouche, c'est à ce moment là que je la trouve particulièrement effrayante !

- PRINCESSE NON NE FAITES PAS SA !!!!!!

Ses dents se posent derrière moi mais le morceau qu'elle croque m'emporte avec lui dans sa bouche, j'essaye de vite descendre mais la bouche se referme rapidement et la princesse m'avale avec le morceau, la peur me prend et j'hurle pendant ma chute jusqu'à son estomac que je me dépêche de frapper frénétiquement.

- BLANCHE NEIGE VOUS POUVEZ PAS FAIRE UN TRUC PAREIL !!!!!!!!!!

Je me rend également compte que malgré tout les personnages Disney sont fait comme nous, car les sucs digestifs de Blanche neige sont en train de m'attaquer, j'hurle de nouveau mais de douleur cette fois, lentement ma vision se trouble, le morceau de pomme lui sera digéré tranquillement mais moi à ma taille il ne faudra que quelque secondes..........sa y'est sa commence........je vois presque plus rien....je ne ressent plus de douleurs.....j'aurai...jamais...cru...finir comme ça...........................................................

Mais une minute ? Comment je peux encore penser si je suis censé être mort ???? Doucement j'ouvre les yeux et là.....gros gros gros gros gros blanc pour moi même, je ne suis plus dans l'estomac de Blanche Neige mais dans une maison, pas la maison des sept nains non une autre, mon corps est de nouveau normal mais je comprend pas du tout ce qui s'est passé. En regardant encore autour de moi je vois alors un personnage bien connu....Pinocchio, je suis donc dans la maison de Gepetto mais la marionnette semble inanimée et il n'y a personne.

Mais comment j'ai atterrit ici ??????????


RépondreQuote
michel miniature
(@michel-miniature)
Trusted Member
Inscription:Il y a 6 mois 
Posts: 80
06/06/2018 6:03  

Conte 2 - Pinocchio

Chapitre 4

Les questions sans réponses ce bouscules dans ma tête, je marche de long en large malgré mon horrible souvenir de la douleur que j'ai ressenti il y'a quelques instants.

- C'est pas possible....non rien de ce qui viens de ce passer n'est logique.

Soudain une lumière bleue m'aveugle, je suppose donc que c'est la fameuse fée bleue qui vient d'apparaître, elle s'approche pour voir Pinocchio sûrement mais je décide d'intervenir.

- Eh attendez !

Fée bleue : Oh nous avons un invité on dirait, bonjour mon petit.

- euh oui bonjour dite moi vous pourriez me dire si....

Fée bleue : vous vous n'êtes pas d'ici

- comment le savez vous ?

Fée bleue : vos vêtements, votre façon de parler.....d'où venez vous ?

- et bien...bon vous aller sûrement me prendre pour un fou.

Je décide de lui dire la vérité...enfin NOTRE vérité, qu'elle à été créer et son univers aussi. Mais sa réponse est inattendue.

Fée bleue : ce n'est pas vraiment ça, vous pensez nous avoir créer mais il n'en est rien, malheureusement ce serai trop compliqué à vous expliquer.

- alors vous pourrez peut-être m'expliquer comment j'ai atterrit ici.

Fée bleue : tout dépend de comment vous êtes venu.

- c'est justement ça le problème.

Je lui raconte donc mon aventure, après avoir fait les cents pas et avoir pris un moment de réflexion, sa réponse me surprend encore plus.

Fée bleue : pour votre taille je n'ai malheureusement pas la réponse et je crains de ne pouvoir vous aider avec ma magie mais pour le reste et bien il existe un moyen de déplacement ici dans notre univers qui n'est véritablement pas celui que je préfère...

- vous pouvez m'en dire plus ?

Fée bleue : quand cette princesse vous a avalé, vous avez vraiment été digéré, vous êtes vraiment mort. Mais au lieu de le rester vous avez été envoyé dans un autre monde, un autre conte si vous préférez.

- vous voulez dire que la mort serait pour moi le seul moyen que j'aurai pour rentrer chez moi ?

Fée bleue: non pas la mort en elle même mais une demi mort dirons nous.

- ah donc j'ai plus qu'a sauter du haut de ce bureau de travail et mourir c'est sa ?

Fée bleue : non, si vous vous suicidez vous mourrez vraiment, si vous attiré la mort à vous alors vous le resterez.

- ah...je me disais aussi. Mais alors comment faire ?

Fée bleue : il faudra que votre mort sois voulu ou accidentelle, pas par vous mais par quelqu'un d'autre.

- je pourrai l'énerver alors cette personne ?

Fée bleue : non bien sûre, cela reviendrai au suicide.

- c'est compliqué mais j'essaierai de m'en souvenir. Ceci dit comment je pourrait partir d'ici ?

Fée bleue: je vais vous aider, je ne vais pas vous tuer mais vous envoyer dans un autre monde, lequel ça je ne le sais pas.

- ah...ben merci a vous quand même.

Elle m'attrape entre son pouce et son index mais...

Fée bleue : oh attendez une seconde.

Elle agite sa baguette et l'utilise sur la marionnette, puis elle me lève au-dessus de sa bouche.

Fée bleue: n'ayez crainte vous ne mourrez pas. Bonne chance.

Elle l'ouvre et me lâche , je m'attendais a dévalé la même pente de chair que celle de tout a l'heure mais plus je glisse et plus tout autour de moi s'illumine jusqu'à m'aveugler. Puis je rouvre les yeux 2 minutes plus tard, effectivement j'ai encore changé d'endroit.

- mais....mais pourquoi je suis dans une cage ???!!!!!

A suivre

 

Conte 3 - Cendrillon

Chapitre 5

Une cage ! Je sais pas comment j'ai atterris ici mais je veux sortir !!!!

- Il y'a quelqu'un ? Eh !!!!

Les barreaux ne sont malheureusement pas assez espacés pour me permettre de m'échapper

- Et comment je fais maintenant ?

Soudain j'entend des pas mais je les entends a un rythme rapide, comme si on dévalai des escaliers.

- Ah quelqu'un vient....et je sais pas trop si c'est une bonne nouvelle.

??? : calmez vous petits diables ou je vais me fâcher.

Cette voix !!!

- non je ne suis quand même pas dans OOOH !

Je fais une dégringolade au fond de cette cage puis lorsque la porte s'ouvre je peux distinguer le visage de Cendrillon.

Cendrillon : Oh ! Qu'elle étrange souris.

- Eh qui appelez vous une souris ? Je suis un humain !

Cendrillon : un...humain ? Un humain minuscule !

Elle dépose la cage au sol

Cendrillon : Jack explique lui qu'il n'a pas a avoir peur.

La souris jack s'avance près de moi.......LA HOOOOONNNNTE ! Même les souris font au moins 2 têtes de plus que moi !

- Euh vous savez j'ai pas peur je suis juste un peu...surpris.

Jack : t'en fais pas tu va sortir Cendrillon est très gentille ! C'est une amie.

- Oui je m'en doute.

Je sors de la cage et m'avance devant Cendrillon

Cendrillon: vos vêtements vous suffisent ou est-ce que vous voulez que je vous habille avec ceux que j'ai apporté ?

- Les miens suffiront merci.

Cendrillon : Comment vous appelez vous ?

- Michel

Contrairement a ce que je pensais au lieu de me laisser avec les souris, elle me prend et me pose sur son épaule.

Cendrillon: j'ai du travail mais je vais vous garder avec moi, un humain a cette taille ce n'est pas courant du tout ! Alors je veux tout connaître de votre histoire !

Elle semble si curieuse que je lui raconte donc une histoire que j'invente sur le coup, un truc du genre que j'ai atterris ici par un procédé magique etc etc le truc pas très original quoi mais bon a son époque je suppose que sa passe facilement. Je prend alors peur en sachant alors qu'elle allait réveillé le chat Lucifer.

- Dites, vous croyez pas que se serai plus prudent de me cacher plutôt que de me garder a la vue de tous comme ça ?

Cendrillon: vous n'avez pas tord.

Elle me prend puis me lâche dans ses cheveux

Cendrillon: cela vous ira ?

- Oui oui merci.

Je la laisse donc faire ce qu'elle a à faire sans bouger et sans la déranger jusqu'à qu'elle aille nourrir les animaux.

Cendrillon : vous devez avoir faim non ?

-....c'est à moi que vous parlez ?

Cendrillon: bien entendu

- je doit reconnaître que j'ai un petit creux.

Elle prend alors un grain de maïs et me le donne....oui oui en se le fourrant dans les cheveux, j'espère que personne ne l'a vue faire.

- Merci Cendrillon

Cendrillon: je vous en prie.

Avec ça je vais pouvoir me caller l'estomac pendant un bon moment, finalement Cendrillon semble être bien plus calme que Blanche-Neige, qui sais, je vais peut-être pouvoir être tranquille avec elle...enfin faudra bien quand même que je puisse rentrer chez moi...

A suivre

 

 


RépondreQuote
michel miniature
(@michel-miniature)
Trusted Member
Inscription:Il y a 6 mois 
Posts: 80
06/06/2018 6:04  

Chapitre 6

Pendant que je mange, j'entend Cendrillon donner quelques grains de maïs aux souris, par gentillesse je lui demande :

- Dites vous ne préférez pas que je mange hors de vos cheveux, sa éviterai que vous vous grattiez non ?

Cendrillon : Je reconnais que c'est assez désagréable.

Sur ce elle me pose près de la porte pour que je termine mon grain :

Cendrillon: je vous reprend dès que j'ai terminé la distribution.

Elle repart pendant que je l'attend, mais à ce moment là une chose à laquelle je m'attendais pas ce produit. Je sens comme un courant d'air très désagréable dans mon cou...je me retourne doucement et là horreur, Lucifer se tient devant moi. Je met mes mains devant mes yeux me disant que d'un côté j'allais peut-être être envoyé dans un autre monde si Lucifer me tue mais si ce n'est pas le cas je fini ma vie ici.............j'attend mais toujours rien.

Je regarde alors et Lucifer semble être comme intrigué, il me renfile une nouvelle fois, me regarde encore puis me lèche:

- merci j'avais pas besoin de douche...beurk

Je le regarde une nouvelle fois, il secoue la tête et me tourne le dos retournant dans son coin, apparemment les goûts "raffinés" de ce chat m'ont sauvé la mise, mais c'est pas sur lui qu'il faudra que je compte pour passer dans un autre monde. Soudain, une sonnerie horrible se fait entendre:

????: CENDRILLOOOOOOOOOOOOOOON !!!

Oh j'avais oublié les 3 mousquetaires là...je vois Cendrillon revenir vers la porte, me reprendre et me refourré dans ses cheveux:

Cendrillon : Ohlala ça n'arrête pas du matin au soir !

- Je vous plaint, sa doit pas être facile tout les jours.

Cendrillon: Vous ne pouvez pas imaginez.

Après ce que j'ai vécu avec Blanche-Neige...si...je peux très bien imaginé, la voilà entrain de préparé les 3 plateaux de petit déjeuner:

Cendrillon: Faite attention de ne pas tomber de mes cheveux.

- Oh comptez sur moi !

Une fois fini elle monte les 3 plateaux et comme elle met l'un de ces plateaux sur sa tête, je ne suis pas écrasé mais je me retrouve légèrement privé de lumière, pourvu qu'elle se dépêche parce que là j'ai l'impression d'être en pleine jungle amazonienne.
Je remarque alors quelque chose d'étrange, normalement à ce moment du dessin animé une de ses sœurs doit poussé un cri d'effroi à la vue d'une souris sous sa tasse de thé et là rien, sûrement dû au fait que ce devait être la souris Gus à ma place et c'est aussi sûrement ce qui à changé ce passage, c'est une bonne chose mais Cendrillon n'en a pas moins de travail.

Pendant quelle nettoie le linge nous discutons un bon moment, moi posé au sol devant elle :

Cendrillon: expliquez moi, comment est la vie à votre taille ?

- Impressionnante et terrifiante à la fois.

Cendrillon: et...comment me voyez vous ? Je doit ressembler à un monstre pour vous.

- Du tout vous êtes magnifique !

Cendrillon: *rire* merci, mais depuis quand avez vous cette taille ?

- Euh pas très longtemps, une journée tout au plus.

Cendrillon: oh ça doit être vraiment nouveau pour vous....mais je trouve que ça vous donne un côté mignon...vous avez un logement ?

Aïe la question piège, si je lui répond "oui" elle va vouloir savoir où se trouve ma maison, je ne peux pas lui avouer que je viens du futur elle ne comprendrai pas grand chose:

- euh...oui j'ai une maison mais très loin d'ici.

Cendrillon: oh c'est vraiment dommage que l'on vous est arraché de votre chez vous.

- oh mais je compte bien y retourner.

Cendrillon : cela risque d'être long...

- je prend le risque

Nous discutons encore longtemps comme ça, jusqu'à ce qu'elle lave le sol de l'entrée de la maison, me berçant avec sa voix pendant qu'elle chante "chante rossignol, chante", mais elle est vite coupée par Lucifer qui est d'humeur à faire ch*er le monde en mettant des traces de ses papattes partout:

Cendrillon: Lucifer ! Tu mériterais une bonne leçon !

On frappe alors à la porte, c'est sûrement le message invitant les jeunes filles à mariées au bal donné en l'honneur du prince. Evidemment elle ne peux s'empêcher de demander la permission a sa marâtre. Une fois ceci fait elle se précipite dans sa chambre pour trouver une robe digne de se nom, elle me pose sur son lit et commence à fouiller:

- Cendrillon...ne le prenez pas mal mais...je doute que vos sœurs ou votre mère vous laisse aller à ce bal.

Cendrillon: oh qu'est-ce que vous racontez voyons...ah la voilà ! Regardez cette robe était à ma mère.

- Elle m'a l'air...un peu démodée non ?

Cendrillon : Oui je reconnais...mais je vais arranger ça.

- Mais comment vous allez faire ?

Cendrillon: Je vais m'inspirer des modèles de ce bouquin.

A ces mots elle prend le bouquin placé dans une corbeille et commence a essayer de voir à quels endroits elle pourrait rajuster la robe mais ses sœurs l'appellent de nouveau. La pauvre repart pendant que Jack se plaint de sa situation avec les autres souries...je fais un peu tâches au milieu de tous ce monde...mais une idée me vient !

- Eh on peux la faire cette robe !
Une des souries femelles me regarde, regarde la robe puis souris et commence a chanter la fameuse chanson "on peux la faire". Entraîner par la situation je tente d'aider les souries a faire cette robe...mais mon aide s'avère inutile surtout lorsque je me rend compte que je n'arrive pas a amener une aiguille à coudre vers la robe, une des femelles s'approche de moi et d'un geste délicat de sa main me repousse, elle me regarde un peu attristé sachant bien que je voulais aider mais vu ma taille je suis plus un boulet qu'autre chose.

Mais je ne le prend pas mal et regrimpe sur le lit, tant pis si je ne peux pas les aider, je vais me reposer un peu. Je m'allonge alors sur le lit et m'endort doucement....mais je n'ai pas vu que je viens de m'allonger sur l'extrémité d'un bout de tissu, évidement les souris tire ce tissu ce qui me fait légèrement glissé au bord du lit et ce qui devait arriver arriva. Je chute sans le savoir...mais je ne tombe pas au sol, ma chute est amortie ...par le fait que je viens de tomber dans l'une des chaussures que Cendrillon doit mettre pour le bal...et ni moi ni les animaux travaillant sur la robe ne l'on remarqué........

 


RépondreQuote
michel miniature
(@michel-miniature)
Trusted Member
Inscription:Il y a 6 mois 
Posts: 80
06/06/2018 6:04  

Chapitre 7

Je dort toujours comme un bébé sans savoir que j'ai atterris dans une des chaussures de Cendrillon, mais au bout d'un certain temps c'est le calme qui règne alors autour de moi qui me réveille :

- *baille* eh ben dit donc...j'ai dû dormir pendant au moins 3 heures il fait déjà nuit

J'avance, me croyant encore sur le lit mais je me cogne contre quelque chose:

- eh c'est quoi ce délire ???? Y'a quelqu'un ???

Je commence un peu à paniquer pensant que je suis prisonnier quelque part, quand soudain j'entend une porte s'ouvrir, le bruit ayant l'air de venir du haut je lève la tête et vois enfin le plafond, il fait réellement nuit, la pièce étant juste illuminé par la lueur de la lune. Je peux entendre Cendrillon parler du bal, je pousse alors des cris de détresse:

- CENDRILLON ! AIDEZ MOI ! JE SUIS COINCER !

Elle ne semble pas m'entendre, soudain la pièce s'illumine...je crois que je commence a comprendre où je suis...j'entend les souris hurler de joie et je vois à moitié du tissu volé en l'air. C'est la fameuse robe qui est terminé.

Cendrillon: oh vous êtes, de vrais amis ! Je vous remercie de tout mon cœur !

Sans plus de cérémonie, Cendrillon commence à ce changer et...je vois alors qu'elle s'assoit sur son lit pile en face de moi.

- oh non...pas dans une chaussure !

Effrayé je la vois amené son pied vers moi, je serai bien tenter d'hurler de nouveau pour l'avertir mais la peur étant plus forte je fonce au fond de sa chaussure et me met en boule, attendant le moment fatal, je pense que cette fois j'en ai fini avec ce conte...mais malheureusement mon espoir s'estompe rapidement car je me retrouve sous les orteils de Cendrillon, malgré le fait que je sois écrasé, ce n'est pas fatal mais c'est très douloureux ! Et apparemment je suis si petit que Cendrillon ne me sens même pas !

Et la voilà partie pour le bal...avec moi sous un de ses pieds, je sens que sa va être long, rien que le moment où elle dévale les escaliers pour rejoindre le carrosse est un supplice, mon dos est pratiquement en compote et je manque déjà d'air ! Mais j'oublie un petit détail...les 2 chipies qui n'aiment pas trop qu'on touche à leurs affaires. En 10 secondes, la robe de Cendrillon est en lambeaux et la pauvre cours alors dans le parc, en larmes. Sur le coup la douleur est moins forte, en l'entendant pleurer je voulais monter la rassurer, tenter de sécher ses larmes, mais je suis prisonnier dans sa chaussure. Ceci dit une autre personne arrive pour ce travail, sa marraine la fée bien sûre....la fée !!! :

- Eh un petit coup de baguette par ici aussi ce serai bien !!!

Pourquoi je m'efforce de hurler alors que personne ne peux m'entendre, je suis un peu déboussolé, puis d'un coup tout s'éclaire. Cendrillon viens d'obtenir sa fameuse robe blanche et les célèbres pantoufle de verre ! Voilà pourquoi je vois mieux, alors je commence à frapper sur le verre pour attirer l'attention mais bien sûr mes petits poings ne sont pas très efficace pour se travail. Et pour couronner le tout, sa robe est si longue qu'elle lui arrive jusqu'au pieds !!! Résultat, je ne peux pas être vu non plus !!!

Je la sens alors grimper quelque marche, cette fois on y'est...le bal...jusqu'à minuit...je dois tenir ! Le voyage n'est pas très long mais cependant à chaque pas qu'elle fait je vois le chemin qu'elle prend étant donné que sa robe se soulève légèrement. Une fois au palais justement je vois que le chemin qi mène à la salle de bal va être un supplice :

- oh non...DES ESCALIERS !

Chaque marche est une torture pour moi, j'ai l'impression que je ne vais pas tarder à cracher du sang. Une fois en haut, comme je le sais, le prince viens la voir et là...c'est le moment de la valse. Malgré le fait que les pas de Cendrillon sois moins lourds, sa me fait toujours aussi mal...mais d'un autre côté je ne veux pas gâché son moment. Alors je prend sur moi et la laisse danser avec le prince....même si j'avoue que minuit me tarde !

Et enfin...après une incessant valse, j'entend minuit sonné...mais une nouvelle fois ma joie va être courte car c'est le moment du "sprint" de Cendrillon. Tout le chemin qu'elle à fait mais en sens inverse et en courant...je vous laisse deviner mon état après ça. La douleur est insupportable. Arrivé au grand escaliers je sens mon calvaire ce terminer, elle perd sa chaussure et par la même occasion me libère. Mais elle commence déjà à s'éloigner, alors ni une ni deux, je rassemble mes dernières forces, escalade la pantoufle de verre et arrivé au sommet, je fais un grand bond espérant atterrir sur Cendrillon. L'endroit où j'atterrit est curieusement son 2ème pied, c'est mieux que rien et puis je suis dessus cette fois. Cependant en sortant de la pantoufle j'ai entendu comme un cri de surprise, en regardant derrière je vois le duc ramasser la chaussure. Il à du me voir, mais peu importe je suis enfin sortit de là. Cendrillon monte dans le carrosse et nous tentons d'échapper aux gardes.

Le sort étant levé, le carrosse reprend sa forme de citrouille au beau milieu du chemin mais tout le monde déguerpi vite histoire de laisser passer les gardes. Je suis resté accroché au pied de Cendrillon pendant tous ce temps là.

- ah......ah....ah.........ah...plus jamais....

Cendrillon: pardonnez moi....j'ai...j'ai vraiment tout oublier ce soir, même l'heure. Mais c'était...tellement merveilleux. Il était si beaux, si charmant, si galant ! Je suis sûre que le prince lui même n'aurait pas été....oh...oui mais tout est fini.

C'est alors que Jack me remarque sur le pied de Cendrillon, ainsi que la 2ème pantoufle:

Jack: Cendrillon regarde ! La pantoufle ! Michel !

Cendrillon: Oh seigneur !!!!

Et retire sa pantoufle d'une main et me prend de l'autre :

Cendrillon: Michel ! Mais qu'est-ce qui vous est arrivé ????

J'essaye de parler mais tout ce qui sort de ma bouche ce sont des petites giclées de sang :

Cendrillon: rentrons vous soigner, vous m'expliquerez après.

Elle regarde sa pantoufle et lève les yeux au ciel:

Cendrillon: oh merci, merci pour tout ma chère marraine.

Une fois rentrer, Cendrillon me soigne du mieux qu'elle peux avec des bandages autour du corps. Reprenant peu à peu des forces je lui explique tout:

Cendrillon: mon pauvre ami vous avez dû souffrir atrocement, j'aurai pu vous tuer.

- c'est pas le cas.....et puis c'était à moi de faire attention.

Cendrillon: reposez vous, vous en avez besoin.

Sur ce je ferme les yeux et m'endort lentement au bout du lit de Cendrillon me demandant ce que le lendemain me réserve.

Et justement le lendemain arrive, je me réveille lentement, la douleur est légère mais je me sens a peu près en forme ! J'enlève donc le bandage et prend une bouffée d'air frais. Apparemment Cendrillon n'a pas tenu à me réveiller, donc sa chambre pour le moment est très silencieuse. Mais en bas ce n'est pas la même chose il y a de l'agitation:

Mme Tremaine: Il y'a encore une chance pour que l'une de vous soit épousée, personne y compris le prince lui même ne sais qui est cette fille, la pantoufle est un des indice qu'il possède et le roi à ordonné qu'on l'essaie à toutes les jeunes filles du royaume, un autre indice indiquerait que la fille est accompagné par un jeune homme d'une taille incroyablement petite, au dire du Duc. Celle qui arrivera à chausser la pantoufle sera reconnue comme la fiancé du prince, quand au jeune homme, la fille qui sera avec lui sera désignée comme sa propriétaire.

Cendrillon: "la fiancée du prince.....la propriétaire..."

N'étant pas au courant de ce qui ce passe en bas je passe le temps en observant la fenêtre depuis le lit de Cendrillon, quand soudain je l'entend remonter, elle à l'air de chantonner. Elle arrive à sa chambre....mais pourquoi est-ce qu'elle tient la cage dans laquelle je suis arrivé ?

- bonjour Cendrillon

Cendrillon: bonjour Michel, vous allez bien ?

- oui beaucoup mieux merci, grâce à vous.

Cendrillon: ne vous en faite pas, vous allez vous sentir encore mieux quand je vais vous annoncer la nouvelle.

- qui est ?

Cendrillon: le prince me cherche il a trouvé la pantoufle .

- magnifique ! Je suis content pour vous !

Cendrillon: mais vous allez partagez mon bonheur, je vous emmène avec moi.

-...............pardon ?

Cendrillon: Michel, votre maison m'a l'air trop lointaine et comment comptez vous survivre à cette taille ? Non, il vaux mieux que je vous emmène, d'après le roi, celle que vous accompagnez est déclaré votre propriétaire.

Elle ce désigne avec un sourire:

- Cendrillon non, je rentrerai chez moi quoiqu'il arrive !

Cendrillon: oh mon pauvre ami, votre blessure doit encore un peu agir, vous ne savez plus ce que vous dîtes. Vous verrez je dirais au prince de vous faire installé dans notre chambre, on va vous construire une ville miniature rien que pour vous, qu'on mettra sous une cloche de verre, avec des petit trous pour que vous puissiez respirer. Et nous passerons encore des moments ensembles, quand le prince sera trop occupé j'irai trouvé votre compagnie, vous allez voir, vous ne le regretterez pas.

- Non !

Cendrillon ouvre la cage puis m'attrape et m'enferme à l'intérieur, sa marâtre ne viens pas l'enfermer elle bizarrement ! Je m'accroche aux barreaux :

- Non pas ça ! Laissez moi sortir ! Cendrillon vous n'avez pas le droit ! Laissez moi sortir ! LAISSEZ MOI SORTIR ! JE VOUS EN SUPPLIE CENDRILLON !

Elle est déjà en bas, attendant que le duc vienne lui faire essayer la pantoufle, de mon côté je suis assis dans la cage, entrain de déprimé. Mais alors que je me voyais finir ma vie avec Cendrillon, Jack la souris apparait:

Jack: zouk zouk Michel ! Qu'est-ce qui arrive à Cendrillon, pourquoi elle a fait ça ???

- j'en sais pas plus que toi Jack mais s'il te plaît fais moi sortir !

Jack: t'en fais pas je vais t'aider. Mais vite, Cendrillon ne va pas tarder à remonter !

Avec 2 autres souris, il tente de soulever l'ouverture de la cage, j'essaye de les aider de mon côté. Après un moment d'effort, l'ouverture cède mais Cendrillon est déjà entrain de remonter !

- vite !

Je saute de la cage et me laisse glisser au sol en allant sur la couverture de Cendrillon :

Cendrillon: Jack ?...Michel ! Revenez ici, c'est pour votre bien !

Je tente d'atteindre la sortie de sa chambre mais elle me bloque à chaque fois avec ses pieds, je tente alors une feinte en lui faisant croire que je vais passer à gauche mais me dirige vite vers la droite. Ma feinte marche mais...pas dans le sens où je le voulais. Je vois alors une énorme masse noir qui n'est autre que la chaussure de Cendrillon m'arriver dessus à pleine vitesse, j'ai dû tellement surprendre Cendrillon qu'elle a voulu me bloquer plus rapidement...son pied s'abat sur moi sans que je ne puisse rien faire, je sens mes os craquer et se briser, mon sang s'écouler et mon corps s'aplatir sous la pression....sa y'est j'ai enfin quitté ce conte !

A suivre

 


RépondreQuote
michel miniature
(@michel-miniature)
Trusted Member
Inscription:Il y a 6 mois 
Posts: 80
06/06/2018 6:05  

Chapitre 8
Conte 4-Alice aux pays des merveilles

"Michel, votre maison m'a l'air trop lointaine et comment comptez vous survivre à cette taille ? Non, il vaux mieux que je vous emmène, d'après le roi, celle que vous accompagnez est déclaré votre propriétaire."..................."Michel ! Revenez,c'est pour votre bien !".

Les mots de Cendrillon raisonnent encore dans ma tête, cette sensation horrible d'être pris au piège dans ce conte pour toujours.....

- AAAH !!!!

Je me réveille en sursaut, j'ai pu m'échapper c'est déjà ça. Mais...elle a réussi à me faire douter de la réussite de mon voyage. Et si elle avait raison ? Si je rentre chez moi est-ce que je vais rester à cette taille ? Ou pire...est-ce que je vais pouvoir rentrer chez moi ? Est-ce que je risque d'être obligé de finir ma vie dans un conte ?

- gah reprend toi Michel !!!

Je me met quelques gifles, si je continu à désespérer comme ça, c'est clair que sa va me porter la poisse. Je ferai mieux de jeter un coup d'œil aux alentour....bon déjà je suis certainement pas en France vu que je vois Big Ben de loin...

- qu'est-ce que...AAH DES ABEILLES !!!!!

Je me suis retrouvé en plein dans un champ de fleurs monstrueusement grandes bien entendu et en ayant levé la tête j'ai pu voir et évidement entendre des abeilles, hors je sais que certaines abeilles ce comportent comme des fourmis et aime parfois prendre d'autres insectes sois pour en faire la nourriture des larves, sois pour en faire des esclaves donc je cours aussi vite que possible avant que l'une d'elle n'ai la bonne idée de m'attrapé.

Je cours sans m'arrêter, droit devant moi, toujours au milieu de ces fleurs qui s'étendent à perte de vue. Après avoir couru pendant un long moment, je n'entend plus rien a part un peu de vent.

- ouf....j'ai eu chaud, un peu plus et.....et....qu'est-ce qui ce passe encore ?????

La terre se met à trembler et je vois soudain quelqu'un marcher dans ma direction. Comme je n'ai pas le droit de me laisser tuer, je saute vite sur le côté avant d'être écrasé et lève la tête pour voir qui est mon assaillant. Minute...une robe bleu, des cheveux blond, des collant et des chaussures noires...Alice ????????

-...Alice Kingsley ???...J'y crois pas, Alice aux pays des merveilles c'est le pompon.

Elle s'allonge dans le champ et commence à chanter la chanson sur son monde. J'en profite pour réfléchir avant d'agir, vu comme Cendrillon à réagi à ma situation est-ce que c'est une bonne chose que je parle à Alice ?

Hmmmmmm....................................oh et puis tant pis, de toute manière je peux pas le faire seul alors autant risquer le coup. Je me rapproche d'Alice alors qu'elle est penchée vers un ruisseau, mais c'est son chat qui me vois en premier et qui commence a miauler tout en restant fixé sur moi.

Alice: Dina qu'est-ce qu'il y'a ? Pour tu fais tous ce bruit ?....Oh ce n'est rien d'autre qu'un humain minuscule Dina..................................................................QUE !!!

Elle se retourne de nouveau pour me voir et ouvre de grand yeux et sans plus de cérémonie me prend dans se 2 mains.

Alice : ....m....monsieur ?

- o...oui mademoiselle ?

Alice: c'est incroyable !

- ahh !! Ne me faite pas peur comme ça !!

Alice: pardon mais je ne pensais pas que je verrai une personne aussi petite ! Je m'appel Alice.

- Michel

Alice: contente de vous connaître !

Elle semble être très heureuse, je me rappel qu'elle voulait voir des choses sortant de l'ordinaire, des fleurs qui chante, des oiseaux bleus enfin bref tout le tintouin.

Alice: d'où venez vous comme ça ????

- euh...eh bien je euh...

Aïe, la question que je voulais pas qu'elle me pose. Que faire ??? Mais que...non c'est trop beau pour être vrai...le lapin blanc est en train de passer derrière elle !! C'est ma seule chance de salue !

- Alice regarder derrière vous !!!

Alice: quoi ? Ce n'est qu'un lapin avec une veste et HAN UNE MONTRE ??!!

Vous connaissez bien entendu la suite, avec le lapin qui ne cesse de répéter qu'il est en retard.

Alice: monsieur lapin attendez nous !!

- Nous ?

Alice ne ma pas lâché et poursuis le lapin avec moi en main, on arrive devant son terrier et Alice commence a rentrer dedans toujours avec moi bien sûr...

Alice: c'est un ami à vous ?

- évidement que non et vous ne devriez pas faire ça Alice, la curiosité est un vilain défaut !

Alice : je sais mais...

-AAAAAAAAAAAAAAAAAAH !!!

Nous tombons dans un trou tandis qu'Alice d'une manière plutôt calme salue son chat...je comprend pourquoi elle fini en asile psychiatrique...Heureusement sa robe nous sert de parachute.

Alice : eh bien au moins après cette chute quand je tomberai de l'escalier sa me sera égale.

On continu de tomber encore tomber et toujours tomber mais néanmoins j'en profite pour découvrir ce que je pourrai appeler l'entrée du pays des merveilles.

- je me sens mal....

Alice: ne vous en faite pas, on ne doit plus être très loin du centre de la terre.

On atterrit a un moment, la tête en bas et continuons de poursuivre le lapin....même si je n'ai jamais voulu le poursuivre mais encore une fois on ne me demande pas mon avis !!! Et après avoir pris le passage avec les multiples porte, nous arrivons dans LA salle...cette fameuse salle où ce trouve cette porte avec la serrure qui parle.

Serrure: voyez vous cette porte est impassable.

Alice: vous voulez dire impossible.

Serrure: non, impassable. Rien n'est impossible, utilisez la bouteille sur la table.

Alice: la table ?

La table apparait avec cette foutu bouteille où il est écrit "drink me". Donc Alice me pose au sol et commence a boire, je la vois rétrécir et devenir toute petite !...Mais je lui arrive a peine aux genoux.

- "je me sens moins seule d'un coup néanmoins !!!"

Alice: nous pouvons passer !

Serrure: oh j'ai oublié de vous avertir hé hé hé hé hé hé je suis fermée à clé.

Alice : oh non...

Serrure: oh mais suis-je bête vous avez la clef

Alice et moi: quelle clef ?

Serrure: allons ne me dites pas que vous l'avez oublié là-haut ?

La clef apparaît sur la table.

Alice: oh seigneur...

- oh p*tain...

Alice: pardon ?

- rien...

Alice et moi essayons de grimper mais évidement c'est un échec.

Alice: que devons nous faire vous avez une idée ?

Serrure: essayez la boite sa me semble tout indiquer.

Une boite apparait entre les pieds d'Alice avec ces fameux machins où il y a écrit "mangez moi" dessus.

- Alice non !!!!!

Elle mange l'une des sucreries et commence à grandir mais si vite que...tout est allez....ben, trop vite. J'ai juste pu voir son pied m'arrivé dessus...et m'écrasé contre la porte. Une mort sec et net. On peu dire que j'ai pas fait long feux ici.

A suivre

 


RépondreQuote
michel miniature
(@michel-miniature)
Trusted Member
Inscription:Il y a 6 mois 
Posts: 80
06/06/2018 6:06  

Chapitre 9

Conte 5 - La belle au bois dormant

Poooh ma tête...deux morts à la suite comme ça je vous jure ça fais pas du bien. Je me sens vidé et épuisé, c'est certainement dû au voyage, j'ai quitté l'autre conte presque aussi vite que j'y suis arrivé, dommage Alice semblait adorable...un peu bizarre mais adorable. Enfin bref, voyons où j'ai atterrit..........une forêt, super en pleine nature sauvage j'ai un de s'est bol ! Mais il faut vraiment que je me repose, je vois un arbre derrière moi alors je me couche contre le tronc tandis que les brins d'herbes me cache

- hmmmmmmmm un peu de calme et de paix...

Oui....mais alors que je ferme les yeux, j'entend au loin un chant et je doit admettre qu'il est agréable à entendre.

- hmmmm je ne sais pas quel oiseau chante ainsi mais en tout cas il doit en faire des jaloux........mais...c'est bizarre ce chant m'est familier.

Plus le temps passe et plus le chant se rapproche de ma position.

- M*rde mais ou est-ce que j'ai entendu ce chant ???

Je me triture la tête puis soudain les 4 sous tombe.

- la princesse Aurore !!! Je suis dans la belle au bois dormant ???...La vache sa voix est magnifique lorsqu'on l'entend réellement.

Je regarde derrière moi et la voie entrain de regarder le château au loin.

Aurore: Ahlala, pourquoi me traite elles toujours comme un enfant ? Tante Flora, tante Pâquerette et tante Pimprenelle. Je ne peux jamais voir ni parler à personne.

Elle s'assoit à côté de moi sans le savoir.

- a...a.....a oh le pollen...a.....a......A.....ATCHOUM !!!!

Aurore: oh !

Effrayé elle lâche son panier qui me tombe dessus mais à l'envers, je me retrouve donc coincé.

- eh y fait noir là-dedans !!!

Aurore où plutôt Rose, utilise le linge qui se trouve dans son panier pour me garder a l'intérieur pendant qu'elle le relève.

Aurore: aucun animal n'éternue de cette façon.

Elle déplie délicatement, ce qui me laisse apparaître a ses yeux.

Aurore: bonté divine....qui êtes vous ?

- je...m'appel Michel...s'il vous plaît ne vous mettez pas en colère je ne vous espionnait pas !

Aurore: en colère ? Je n'ai pas de raison de m'énervez, mais...c'est surprenant votre taille. Hi hi hi vous êtes mignon.

- m...merci

Aurore: oh pour une fois que je peux parler à quelqu'un c'est tellement plaisant. Je suis Rose.

- enchanté Rose. J'ai entendu votre voix et c'était merveilleux et envoutant.

Aurore: merci...vous savez c'est étrange car...hier j'ai rêvée que je rencontrais quelqu'un de spécial.

- oh euh...un prince ?

Aurore. je ne sais pas...c'était juste quelqu'un de spécial et très gentil et amical.

Quoi ??? Attendez y'a un problème, normalement elle devait avoir rêvé du prince ! Pas d'un inconnu !

Aurore: habituellement je ne doit pas parler aux inconnus, mais est-ce que je peux réellement vous considérez comme un inconnu voyons. Et puis je me répète mais sa fait du bien de parler enfin à quelqu'un.

- je suis heureux de pouvoir vous être utile sur ce point.

Aurore: et puis après tout, nous nous connaissons...

Sa voix est plus douce tout à coup...

- comment ça nous nous connaissons ???

Elle me sort de son panier par les bras et commence à me faire virevolter doucement avec elle

Parodie de: j'en ai rêver ( )

Aurore:
Mon amour, je t'ai vu au beau milieu d'un rêve
Mon amour, même si dans ce rêve tu n'était pas si petit
Refusons tout deux, que cela fasse nos lendemains aigri
Nous attendrons l'heure, de notre bonheur
Toi ma destiné, je saurai t'aimé tel que tu es
La la, la la, la la la la la la, la la, la la
Nous attendrons l'heure, de notre bonheur
Toi ma destiné, je saurai t'aimé tel que tu es

(et bien sur pas de prince Philipe en vue hein sinon c'est pas drôle !!!! Le sort est contre moi je crois. Elle danse avec moi...enfin si je peux appeler ce que je fait danser. Et c'est moi ou j'entend des chœurs reprendre ce qu'elle dit ??!))

Chœurs:
Refusons que cela fasse nos lendemains aigri
Nous attendrons l'heure, de notre bonheur
Toi ma destiné, je saurai t'aimé tel quuuuuue tuuuuuuu essssssssssssss.

Nous arrêtons notre valse contre un arbre.

- hum Rose ne croyez vous pas que vous vous avancez un peu trop ? On viens à peine de se rencontrer.

Aurore:...oh oui vous avez raison j'exagère un peu veuillez m'excusez.

- il n'y a pas de soucis

Je lui souris pour la mettre en confiance.

Aurore: oh zut ! Je doit rentrer désolé !

Au moment où elle allait me poser au sol, elle hésite un instant.

Aurore:....je ne peux pas me résoudre à vous laisser ici c'est dangereux, je vais vous emmener chez moi. Mes tantes comprendrons et puis vous n'êtes pas très dangereux à cette taille.

- oui....."c'est clair oui !! Merci de me le rappeler !"

Elle me remet dans son panier et nous voilà partie pour la cabane du bucheron, avec de la chance, les trois fées pourront peut-être me redonner ma taille et qui sais...me renvoyer chez moi !!!!

Á suivre

 


RépondreQuote
michel miniature
(@michel-miniature)
Trusted Member
Inscription:Il y a 6 mois 
Posts: 80
06/06/2018 6:06  

Chapitre 10

- Rose vous êtes certaines que vos tantes vont êtres d'accord ?

Aurore: mais oui je vous l'ai dit n'ayez crainte.

Après tout c'est vrai, pourquoi je devrais m'inquiéter comme ça ? Ces fées sont là pour faire le bien alors pourquoi ne pas tenter ma chance. C'est clair que Maléfique me laisserai dans cet état si je venais à la rencontrée voir pire, elle me rétrécirai encore plus peut-être a tel point que je disparaitrai !!!! Heureusement que ce n'est pas le cas, mais j'y pense, ce n'est pas à ce moment là que les trois fées dévoile sa véritable identité à Aurore ? Je crois que ça va compromettre un peu mes plans...ou pas. De toutes façons on va vite le savoir, nous voilà arriver !

Aurore : Tante Flora ? Tante Pâquerette ? Tante Pimprenelle ? Mais où sont elles passées ? OH !

Alors qu'Aurore viens de me sortir du panier et de me tenir dans une de ses mains, nous voyons la robe et le gâteau de son anniversaire :

- "oh c'est vrai j'ai complètement oublié !"

les trois fées : Surprise ! Joyeux anniversaire !!!!

Aurore : oh vous êtes gentilles !

- joyeux anniversaire Rose

Aurore : merci Michel

Elle me souris

Pâquerette: oh mais...tu a ramené un....un...

Flora: un inconnu !

Aurore: oh je l'avais déjà vu ce n'est pas un inconnu.

Flora: déjà vu ?

Pimprenelle: où ça ?

Aurore: au beau milieu d'un rêve.

- euh mesdames si je peux me permettre, j'aimerai éclaircir la situation moi même.

Flora: bien nous vous écoutons...Michel si j'ai bien entendu.

- oui, alors il ce trouve que j'étais dans la forêt et cette jolie demoiselles m'a alors rencontré mais elle a préférer me ramener ici plutôt que de me laisser dans un milieu hostile comme la nature.

Flora: c'est très aimable de ta part ma chérie.

Aurore: j'ai même cru que j'en tombais amoureuse hihi

Les trois fées: oh, c'est horrible...

Aurore: pourquoi ? Après tout je peux, j'ai seize ans.

Flora: mais ma chérie tu est déjà fiancée

Pimprenelle : oui depuis ta naissance

Pâquerette : au prince Philipe

Aurore : mais c'est impossible...pour épouser un prince il faut être une...

Pimprenelle : une princesse.

Pâquerette : et c'est ce que tu es.

Flora: la princesse Aurore, ce soir nous te ramènerons à ton père le roi Stéphane.

Aurore: mais...mais ça non. Et Michel que va-t-il lui arriver ?

Flora: tu peux toujours espérer que ton père te permette de le prendre avec toi mais malgré ça je ne pense pas que tu puisse le revoir aussi souvent.

Aurore : non...NON ! C'est trop injuste...c'est mon seul ami ! Oh non !

Elle me lâche dans les mains de Flora et part pleurer dans sa chambre.

Pimprenelle : et dire que nous voulions lui faire une surprise....

- pardonnez moi...c'est ma faute.

Flora: oh ne vous sentez pas coupable...vous ne pouviez pas savoir.

- il y a...autre chose que je voulais pas vous dire en présence d'Aurore, je ne viens pas de votre monde et ceci n'est pas ma taille.

Pâquerette: vraiment ?

Pimprenelle : Maléfique vous a maudit ?

- non j'ignore comment je suis arrivé dans cet univers et avec cette taille et vu que je sais que vous êtes des fées...

Flora: comment le savez vous ?

- c'est très compliqué, mais je vous demande de me faire confiance, rassurez vous je ne suis pas un envoyé de Maléfique.

Pâquerette: nous nous en doutons jeune homme, elle ne s'entoure pas toujours d'humain.

- vous pensez pouvoir m'aider ? Je sais que la situation n'est pas à l'entraide mais j'aimerai vraiment partir avec ma taille normale.

Flora : nous allons essayer.

Elle me pose au sol, une à une elles utilisent leur pouvoir sur moi mais chaque fois sans effet.

Flora: peut-être qu'en le faisant en même temps...

Elles essayent les trois en même temps mais le résultat reste le même.

Flora: navrer jeune homme...mais nous n'y arrivons pas.

-.....vous aurez au moins essayer.

J'avoue que sur le coup mon enthousiasme viens de retomber très très bas, mais il faut que je garde espoir.

- peut-être...peut-être voudriez vous que j'aille parler à Aurore ?

Pâquerette : si vous voulez...mais à quoi bon.

- je peux juste solliciter votre aide pour aller à sa chambre ?

Pimprenelle: bien sûre.

Elles utilisent de nouveaux leurs baguettes et m'envoi dans la chambre d'Aurore. La pauvre est en larme couchée sur son lit. Une fois au sol, je grimpe sur le pied de son lit et fini mon ascension sur la housse. Etant près de ses pieds nus je caresse l'un d'eux doucement.

- princesse...

Elle relève la tête:

Aurore: non s'il vous plaît Michel...*snif*...ne changez pas votre comportement à cause de mon grade. Je vous en supplie.

- d'accord

Aurore: venez près de moi...

Je me rapproche de son visage, elle m'attrape et colle à sa joue.

Aurore: c'est injuste Michel, j'aimerai vraiment épouser un homme que j'aime et pas quelqu'un qui m'est prédestiné depuis ma naissance.

- hum...Aurore je pense que...enfin à mon avis hein...je pense que l'homme qui vous attend va vous plaire.

Aurore: comment pouvez vous en être aussi sûre ?

- mon instinct

Je lui souris.

Aurore: j'espère que vous avez raison

Je l'embrasse sur la joue. Je tente ensuite de la faire rire en lui chatouillant le cou, à force elle fini par se prendre au jeu, c'est ainsi que pendant plusieurs heures, je lui fait passer le temps comme je peux, par exemple en parcourant son corps et elle qui doit se retenir de rire à cause des chatouillis que ça lui provoque ou encore une partie de cache-cache sur son lit. Notre dernier jeu enfin plutôt SON dernier jeu à été de me placé entre deux de ses orteils et de me lever le plus haut possible, ça l'a fait rire, je ne comprend pas pourquoi mais au moins elle riait.
Malheureusement, le soir étant venu, nous partons alors pour le château avec les trois bonne fées. Une fois dans la chambre :

Flora: voici ma chère enfant, notre dernier présent. Le symbole de ta royauté, une couronne que tu portera avec grâce et loyauté, car tel est ton devoir et tel sera ta vie.

Aurore s'écroule de nouveau en larme, de mon côté je sort de sa longue cape bleue et me rapproche de sa tête pour lui caresser les cheveux pendant que les trois fées sortent. C'est malheureusement tout ce que je peux faire...mais pendant que je fais ça je ne remarque pas les flammes dans la cheminé qui commence a s'éteindre. Ce n 'est que lorsque le feu s'éteint et que nous sommes plongé dans le noir que je tourne ma tête a gauche et aperçois avec horreur Maléfique. Elle laisse flotter une boule verte en l'air et disparaît, lentement Aurore lève la tête vers cette boule comme hypnotisée, elle se lève lentement, laisse tomber sa cape et commence à suivre la boule:

- Aurore ? Aurore tu m'entend ???

Aucune réponse, je tente quand même de la raisonner et saute sur son bras avant qu'elle ne sois trop loin, les trois fées débarque en trombe dans la pièce.

Pâquerettes : mais pourquoi les avons nous laissez seuls ???!!!

- aidez moi ! Elle est hypnotisée !!

Elles tente de nous rejoindre mais le mur par lequel nous somme passé se referme :

- et m*rde !

Je grimpe jusqu'à son oreille et hurle :

- AURORE REVENEZ NOUS !!!!

Rien à faire, je descend alors au sol et tente d'agripper sa robe tandis qu'elle monte des escaliers, mais soudain alors que je retiens sa robe, un de ses pieds s'abat sur une de mes jambes et la brise littéralement :

- AAAAAAAAAAAAAARRRRRRRRRRRRR !!!!!!!!!!!!!!!!!

Mon sang s'écoule et je suis maintenant amputé d'une jambe, mais je n'abandonne pas et m'accroche au talon d'Aurore malgré la douleur qui reste insupportable et l'écoulement de mon sang:

- Aurore...graaah!......arrêtez vous !

Elle me trimballe comme ça jusqu'à ce que nous arrivions dans une pièce vide où la boule verte se transforme alors en quenouille...l'instrument pas la plante hein...

- Aurore non...n'...n'approchez pas !!

je lâche son talon et rampe au sol pour me mettre devant elle histoire qu'elle puisse me voir, une fois sa fait je remue les bras et crie aussi fort que possible :

- AURORE NE TOUCHEZ A RIEN !!!!!!!

Lentement elle approche son doigt de la pointe et fini par la toucher, elle tombe alors mais sur moi, je vois sa poitrine m'arrivé dessus:

- NOOOOON !!

Je me retrouve de nouveau avec l'impression d'écrasement, ce qui m'arrange vu que je n'était plus totalement entier. J'ai même pu entendre le bruit du tremblement de terre qu'elle a provoqué en tombant. Dommage, je m'était beaucoup attaché à elle...

Á suivre

 


RépondreQuote
michel miniature
(@michel-miniature)
Trusted Member
Inscription:Il y a 6 mois 
Posts: 80
06/06/2018 6:09  

Chapitre 11

Conte 6 - Qui veux la peau de Roger Rabbit ?

......................AHH ! Oh....ouf...toujours en vie ! Et j'ai retrouver ma jambe ! Mais tandis que je me réveille je me rend compte que je ne suis pas seul, en faite je me trouve même sur une sorte d'estrade. Je me lève et me frotte les yeux pour découvrir que je me trouve dans une sorte de salon privé. Mais...je rêve pas ??? Des humains !!! Des gens normaux comme m..........ah non....j'ai bien failli croire que j'était rentrée mais un détails viens de me sauter aux yeux, autour de ces gens des pingouins jouent les serveurs. Eh minute...des gens normaux associé avec des toons ?...je serai alors dans "Qui veux la peau de Roger rabbit " ???

Manquais plus que ça, je suis si proche de chez moi et pourtant si loin en faite. Au passage j'aimerai comprendre ou je suis réellement car je ne me souviens plus de tout du dessin animé. Heureusement, ma taille aidant, personne ne m'a remarqué pour le moment. Soudain la lumière baisse énormément et un projecteur éclair un rideau bleu derrière moi. Et là...j'entend une musique démarré et une voix très sensuelle s'approche. Une chaussure a talon rose se pose non loin de moi et lorsque je lève la tête je contemple une jambe qui n'en fini pas pour voir apparaitre la gigantesque Jessica Rabbit elle même.

Je ne peux que rester bouche bée devant le spectacle qui s'offre a moi. Je me souviens au moins dans le film que cette femme est un véritable poison mais il faut dire les choses comme elles sont, elle est magnifique ! Je la regarde faire son show mais a un moment vers la fin alors qu'elle est allongé sur l'estrade, sont visage est juste au dessus de moi, je la vois de profil et je remarque que son œil passe rapidement sur moi avec un haussement de sourcil, ce qui ne l'empêche pas de continuer a chanter. Et sans attendre très doucement, elle glisse sa main droite derrière moi et m'attrape me cachant dans son poing tout en continuant le show.

- Eh attendez !!

Sa main gantée est douce et ne me fait pas vraiment de mal, elle sens bon et sa voix est plus sensuelle entendu de près. Son numéro se termine sous les applaudissements du public.

Désolé, il faut avouer que ça va pas être simple de faire un long moment avec Jessica car elle n'apparaît pas beaucoup

A suivre

 

Une fois dans sa loge, Jessica me pose sur sa table de maquillage :

Jessica: eh bien eh bien, les fans vont jusqu'à ça pour me voir de plus près ?

- euh en faite je ne suis pas vraiment un fan...ni un pervers je vous rassure !

Jessica: hmmm ce n'est pas grave mon chou tu est mignon tel quel...alors qu'est-ce que je peux...faire pour toi ?

A chaque pause entre ses phrases elle me regarde de manière sensuelle et j'ai beaucoup de mal à retenir une...enfin vous voyez quoi...

- sérieusement Mme Rabbit vous êtes...vraiment...

Jessica: sexy ? Attirante ? Sensuelle ? Je sais je sais mon mignon on me le dit souvent mais je ne suis pas une fille facile comme tu pourrait sans doute le croire, j'ai été dessiné comme ça c'est tout.

- oh j'ai pas dit le contraire

Elle m'a l'air bien rationnelle...je me demande si...

- dite...en faite je ne suis pas VRAIMENT de ce monde, je viens d'un monde où vous autres toons restez dans vos dessin animé et autres film de Warner.

Jessica: hmmm intéressant comme concept mais vous devez vous ennuyer.

- j'avoue...mais bref, je cherche un moyen de passer de monde en monde pour revenir au mien et le seul qui marche jusqu'à présent est de me tuer...

Jessica: mourir ? Eh bien vous ne faite pas dans la dentelle. Et je suppose que vous avez besoin de mon aide ?

- je pense oui, comme les frontière entre votre monde et le mien sont très proches ici je pense que sa n'affectera pas mon voyage du moins je l'espère.

Jessica: très bien, je vais vous aider, j'ai été ravie de vous connaître.

- moi de même

Elle lève son imposante poitrine au-dessus de moi et lourdement la laisse retomber, m'écrasant d'un coup sec et net.

Chapitre 12

Conte 7 - La petite sirène

Eh beh, elle y'est pas aller de..."seins mous*...bon blague a part je suis où maintenant ?...En ouvrant les yeux je vois que...je suis dans l'eau ???? AH JE ME NOIE A L'AIDE JE ME NOIE JE ME NOIE JE...ME......noie ? Mais..je respire ????

- je respire et je peux...parler ??? Mais c'est quoi ce délire ???

Je fait quelque brasses et effectivement je nage tel un poisson alors que j'ai encore mes jambes. Mais je suis où précisément ? En regardant autour de moi je constate que je suis devant une énorme carcasse de...je sais pas quoi mais bord*l que c'est flippant ! Eh mais...j'ai déjà vu ce truc quelque part. Je nage donc a l'intérieur et découvre alors des algues ou des...plantes je sais pas, avec des visages ! Effrayé j'accélère le mouvement et entend alors une voix :

???: c'est ça, rentre vite ma princesse, il ne faudrait pas manquer la fête de ton bon vieux papa.

Cette voix je la connais ! Une seule méchante de Disney la possède ! Ursula la sorcière des mers !...Donc je suis dans "la petite sirène" ( si vous déformer cette phrase au sens propre vous êtes un(e)
Eh c'est peut-être une occasion. J'attend qu'Ursula donne ses ordres a ses 2 murènes et je m'approche :

- hum hum, bonjour

Ursula: raah qu'est-ce qui a je n'ai pas le temps pour...oh...mais que voilà un client peux habituel !Ha ha ha ha, humain avec ça, c'est un jour bien différent des autres. Alors mon petit agneau on dirais qu'on est en...petite forme heeein ?

- on ne peux rien vous cacher

Ursula: je ne savais pas que j'était littéralement connu du monde terrestre...ni que les humains nageaient et respiraient sous l'eau.

- c'est plus compliqué que ça mais je n'ai pas très envie de vous embrouiller avec les détails.

Ursula : parfait le temps c'est de l'argent ! Alors sans plus de cérémonie, dit moi ce dont tu a besoin mon mignon et je ferai en sorte de t'aider.

- eh bien j'aimerai retrouver ma taille humaine.

Ursula: hmmmmmmmmmm cela risque de prendre du temps mon cher, c'est bien la première fois qu'on me demande quelque chose comme ça mais je vais tacher d'exhausser ton vœux.

- c'est vrai ?? Génial !

Ursula: pas si vite mon choux, je ne t'ai pas dit comment tu allai régler ce petit service.

- quoi ? Navré mais j'ai pas d'argent sur moi

Ursula: non je ne te demande pas sa...hmmm...en faite vois tu j'ai une petite affaire sur le feu.

Elle m'amène devant une bulle au centre de la pièce et me montre alors, Ariel et Polochon rentrant à Atlantica.

Ursula : si tu fais en sorte de m'amener cette petite, je te donnerai la potion qui te rendra ta taille, si tu échoue tu te débrouillera tout seul avec les poissons de l'océan ha ha ha ha ha ha !

- très bien je...je ferai en sorte de vous l'amener

Ursula: excellent ! Je n'aimerai pas faire une potion pour des broutilles en plus, allez file, mes deux amies Flotsam et Jetsam t'aideront au besoin.

Je nage donc hors de son repaire, direction Atlantica. De toute manière dans les Disney de ce genre si on veux trouver son chemin y'a une solution simple, tout droit.

Après une bonne heure de nage j'aperçois enfin mon objectif:

- Ah c'est pas dommage !

Je pénètre a l'intérieur en faisant bien attention de ne croiser personne, je pense que je suis au niveau de la salle du trône:

- bon où est-ce qu'elle est fourrée maintenant ?

???: Polochon tu...tu a vu sa ???? !!!!!!!

-.........oh oh

Je lève la tête et au-dessus de moi, le visage d'Ariel affichant un large sourire et ne me quittant pas des yeux. Sans que je puisse faire un mouvement, je la voie ouvrir son sac de trésor et ni une ni deux, m'enferme dedans.

- eh !! Ouvrez moi ! Je veux sortir de là !!!

Je ne vois rien de ce qui se passe mais je crois deviné où nous allons si mes souvenir du dessin animé sont bons. Je fini par être libérer et nage vite hors du sac, Ariel me fixe toujours et Polochon également:

Ariel: j'ai un humain dans ma cachette !!!! C'est fabuleux ! Je n'ai jamais imaginé un jour que ce genre de chose se produirait !

Polochon: mais il est pas un peu petit pour un humain ? Et il peux respirer ?

- euh disons que dans mon cas c'est exceptionnelle mais ne me posez pas trop de question je...

Ariel: vous venez vraiment de la terre ? Comment Est-ce ? Vous êtes en bonne santé ? Vous avez une belle famille ? Vous marchez vraiment ?

- oh ! oh ! oh ! oh ! Doucement mademoiselle.

Ariel: oh excusez moi mais...c'est si formidable ! Au faite je me prénomme Ariel

- moi c'es Michel

Ariel: eh sa sonne bien, Ariel et Michel les deux nouvelles stars de l'océan

- euh oui si vous le dites..."complètement tarée cette fille"

Ariel: je vais pouvoir élever un humain ! Tu te rend compte Polochon, j'ai un petit humain pour moi toute seule !

- dite je ne suis pas un animal de compagnie

Ariel: ne t'en fais pas michel, je vais bien m'occuper de toi.

- ah on se tutoie maintenant ?

Ariel: oh oui voyons.

- merci mais j'ai pas très envie de rester tel un animal en cage.

Polochon: et puis que dirais ton père Ariel s'il découvre ça ?

Ariel oh....

Son visage pris un aire très triste :

- un problème avec votre père ?

Polochon: c'est le roi Triton en personne.

Ariel : lui et moi...nous ne voyons pas les chose du même œil. Comment est-ce que votre monde peut-être si barbare alors que vous fabriquez d'aussi beaux objets ?

Elle désigne alors tout ce qu'elle a entreposé dans sa cachette en disant ça.

Parodie de "Partir là-bas" ( )
Ariel:
Tous ces secrets, que j'ai garder
Ne crois tu pas que les fées m'on comblée
Ne crois tu pas que je suis, bien trop gâtée, par la viiiie
Vois ces trésor, vois ces merveilles
Toutes mes richesses qui brillent comme des soleils
En voyant ça tu te dit
Oui, c'est un paradiiiis
J'ai des gadgets, des trucs choc, des trucs chouette
J'ai des couics et des couacs à gogoooo
*Tu veux un tire baba ? J'en ai des tas*
Mais tout ça, m'indiffère...et m'ennuiiiiiiiiiiiie
Moi je voudrais, parcourir ton monde
Moi je voudrais, voir ton monde danser
Te voir marcher sur tes...*comment ça s'appelle ?*

Moi: pieds

Ariel : merci hihihi

Je ne vais nulle part en battant des nageoires
J'aimerai tes jambes pour sauter et danser
Flâner le long de tes...*comment ça s'appelle ?*

Moi: rue

Ariel: ruuuuuuuuuuuuuue

Car si tu marche
Car si tu cours
Et si sur terre tu rêve au grand jouuuur
Comme j'aimerai, si tu pouvais, m'emmener là-baaaaaas
Je te donnerai, tous ce que j'ai pour partir d'iciiiii
Pour caresser, les grains dorés du sable chauuuud
Tu me comprend, c'est évident
Et vos filles, peuvent aimer sans frayeur
Femmes sirènes, femmes humaines, j'ai fait mon choiiiiiix
Moi je veux savoir, moi j'aimerai me voir
Poser des questions pour que tu réponde
Qu'est-ce que le feu ? Pourquoi est-ce qu'il quoi déjà ? Brûûûûûûle
Michel crois moi, je te suivrai, je te suivrai sans aucun regreeeeeeeets
Vivre sur terre...loin de la mer
M'emmener là-baaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaas

A suivre

 


RépondreQuote
michel miniature
(@michel-miniature)
Trusted Member
Inscription:Il y a 6 mois 
Posts: 80
06/06/2018 6:10  

Chapitre 13

- Ariel, non pas que je sois insensible à ce que vous avez dit, mais voyez vous le monde d'où je viens est tout aussi dangereux pour moi, vous voyez ma taille ? Et surtout comment pourrais-je vous emmener ? Vous êtes une sirène.

Soudain un bruit de fracas ce fait entendre et nous apercevons alors le crabe Sébastien.

Sébastien: Ariel mais...tu est devenu complètement folle ??? Qu'est-ce que cet humain fais ici ???? Et qu'est-ce que c'est que ce bric a brac ?????

Ariel: et bien c'est...ma boite à trésor...et...lui c'est mon nouvel ami, Michel.

Sébastien (rire sarcastique) : oui, ta boite à trésor et ton nouvel ami Michel oui...SI TON PERE APPREND CE QUI CE PASSE ICI IL...

Polochon: tu ne lui dira rien ! Tu le jure ???

Ariel: ne lui dit rien Sébastien ! Il ne comprendrait pas ! Qui sais ce qu'il pourrait faire à Michel !

Sébastien: Ariel, pour l'instant on va parer au plus presser. Tu viens avec moi, je te raccompagne au palais, tu va prendre quelque chose de chaud...

Ariel: oh un bateau

En levant les yeux vers la surface je constate effectivement qu'un bateau passe au-dessus de nous....ça fait super bizarre de dire ça ! Ariel ce tourne vers moi puis avec un sourire narquois me prend et ouvre une de ses boites.

Ariel: désolé mon petit Michel mais je crois que tu est encore un peu réticent à rester pour que je te laisse en liberté.

Elle me fait un clin d'œil puis me place dans la boite et ferme avant que je puisse dire un mot.

-Ariel ! Reviens !...J'en ai marre d'être enfermer !!!

Plus une réponse, je n'entend même pas Polochon ou Sébastien et c'est impossible pour moi de savoir ce qui ce trame à la surface, je doit me fier à mes souvenirs du film. Je me rappel juste du bateau du prince Eric qui explose et Ariel qui sauve le prince.

Tout à coup j'entend le verrou de la boite tourner, enfin elle est de retour !

- Ah Ariel c'est pas dommahh aaaahh ! Oh mais c'est vous.

Flotsam et Jetsam ce trouve devant moi

- merci de m'avoir délivrer

Flotsam : ou est la princesse ?

- elle est partie à la surface

Au moment où les deux murènes allaient partir, je m'accroche à l'une d'elles pour les suivre. Nous espionnons Ariel qui est bien sûre tomber amoureuse du prince.

Jetsam: Ursula dit que tu devrais te dépêcher de la lui amener

- euh...oui Ursula oui je...je vais trouver un moyen.

Je sais c'est pas très honnête mais je veux vraiment que tout ça finisse !

Les murènes me ramène à Atlantica, au passage je me sens très chanceux de pouvoir voir ce palais, croyez moi il est magnifique en "vrai". Une fois rentrée, Ariel n'a même pas été surprise de me voir libre alors que j'était censé être enfermé, même Polochon et Sébastien ne ce sont pas posé de question. Pourtant Polochon, à un moment me prit à part.

- je peux t'aider ?

Polochon: oui j'ai vraiment besoin que tu m'aide.

- à faire quoi ?

Il me chuchote son idée à l'oreille

- quoi ??? Mais ça va pas mieux toi, on va pas faire sa qu'a deux !!

Nous devions ramener la statue du prince dans la cachette d'Ariel, ce poisson me prend pour Musclor...bon ceci dit, étant donné que j'allai livrer Ariel à Ursula, pourquoi ne pas lui faire plaisir. Donc, je suis Polochon et après un TRES long moment pour tirer cette saleté, nous étions parvenu à la placée dans la cachette d'Ariel.

Polochon: attend ici, je vais la chercher.

- pas de problème.

Et le voilà partie chercher Ariel, après un moment je l'entend enfin de loin.

Ariel: Polochon pourquoi tu ne veux pas me dire où tu m'emmène ?

Polochon: parce que c'est une surprise.

Je suis perché sur la tête de la statue et fait un signe a Ariel en souriant, Ariel qui reste bouche bée devant sa surprise.

Ariel: oh...oh vous êtes des amours tout les deux !!!

Elle serre Polochon puis ce précipite sur moi et m'embrasse.

- *gloups*...d...de rien Ariel..."Oh ça c'est du bisou !"

Je suis plutôt content de la voir si heureuse, elle le mérite bien.

-....OH NOM DE !!!!

Je viens d'apercevoir le roi Triton en personne à l'entrée, Ariel ne tarde pas non plus à le voir.

Ariel: Père !!!

Oh put*in c'est mauvais ça, très mauvais !!!

Triton: j'ai la faiblesse de me considérer comme un roi raisonnable. J'ai établi certaines lois et j'exige qu'elles sois respectées même par ma propre fille ! Est-il vrai que tu a sauvé un humain de la noyade ?! Est-il vrai que tu recueilli cet avorton ici ?!

Sympa, si j'avais ma vraie taille je me laisserai pas insulter de la sorte !!!

Ariel: oui père c'est vrai mais...

Triton: toute communication entre le monde marin et le monde extérieur est strictement interdit ! Tu connais la loi ! Tout le monde la connait !

Ariel: il serait mort si je ne l'avait pas sauvé !

Triton: un humain en moins, la belle affaire ! Regarde donc celui-ci, il ne survivrai même pas une journée dans son propre monde !!

- si vous croyez que je suis heureux comme ça !!!

Triton: silence !!!

Ariel: tu dit sa alors que tu ne les connais même pas !

Triton: les connaître ???? Les humains sont tous les mêmes ! Sournois, cruel, sauvage, mangeur de poisson, lanceur de harpon, incapable de sentiments !!!!

Ariel m'empoigne alors

Ariel: regarde le ! Tu trouve vraiment qu'il correspond à l'image que tu a des humains ???

- Ariel...tu me fait mal...j'étouffe !

Triton: il ne vaut guère mieux que cet autre humain !

Dit-il en pointant de son trident la statue d'Eric tandis qu'Ariel me lâche.

Ariel: mais père je l'aime ! han !

La gaffe !!!!

Triton: commeeeeent ??? Aurait-tu perdu l'esprit ??? Une sirène et un humain mais c'est pur folie !

Ariel: sa m'est égale...

Triton: petite malheureuse ! Je te protègerai malgré toi de ton obstination et si pour cela je n'ai qu'un seul moyen...qu'il en sois ainsi...

Son trident se met a briller et le roi commence à détruire tout les objets humains dans la cachette d'Ariel dont la statue. Je doit reconnaître que j'ai vraiment eu chaud sur ce coup la vu que je me suis réfugié avec Sébastien. Ariel s'écroule en larmes, le roi Triton s'approche alors de moi...*gloups*...

- moman...

Triton:...au vue de ta condition physique je doute que tu puisse dévoilé le moindre secret à la surface, pour cette fois humain je te laisse la vie sauve, tu a jusqu'à la fin de la journée pour partir d'Atlantica.

Je ne sais pas quoi répondre mais bon...de son côté, Sébastien s'approche d'Ariel

Sébastien: Ariel...je...

Ariel (en sanglotant): allez-vous en !

Sur ce, Polochon et Sébastien tête baissée, partent...je crois que le moment est venu.

-........Ariel

Ariel: je t'ai dit de t'en aller !!!

- giaaaaar !!!

Sa voix vient de résonner comme le tonnerre !

Ariel: pardon...pardon

Elle repart de plus belle en sanglots

- Ariel écoute...je...j'ai peut-être la solution a ton problème. Enfin je veux dire...je peux peut-être te présenter quelqu'un qui pourrait...t'aider.

Elle relève légèrement la tête

Ariel: qu...quoi ?

Je fais alors signe a Flotsam et Jetsam qui sont caché, de venir nous rejoindre.

- Ariel voici des...amis

Ariel: mais...qui êtes vous ?

Flotsam : n'ai pas peur, nous venons de la part d'une personne qui te veux du bien. Qui veux soulager ta douleur.

Jetsam: une personne qui peux réaliser tes rêves, les plus secrets.

- comme t'unir à Eric pour la vie Ariel.

Ariel: que voulez vous dire tous les trois ?

Jetsam: Ursula, a d'immenses pouvoirs.

Ariel: pas elle non....cette horrible sorcière...non c'est impossible. Non ! Allez vous en ! Laissez moi tranquille !

Jetsam: à ta guise...c'était une simple suggestion.

- quoi vous partez comme ça ???

L'une des deux envoie le visage, rester a peu près intacte, de la statue d'Eric devant Ariel.

Ariel:......attendez !

Flotsam et Jetsam: ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ?

Ariel:...conduisez moi à elle

- tu verra Ariel tu le regrettera pas !

Je m'accroche à la queue d'Ariel guidé par les murènes. En chemin Sébastien tente de la dissuader en vain. Après un moment nous arrivons au repaire d'Ursula.

Flotsam et Jetsam: par icccci

Ariel se faufile dans la grotte et nous atteignons la pièce principale:

Ursula: entre, entre ma chérie, il ne faut pas ce cacher derrière les portes, c'est grossier. Et l'on pourrai ce demander ce qui t'amène dans ma tanière hm hm hm .

Ursula bien entendu lui explique que le plus simple pour elle serait de devenir humaine.

- euh Ursula, je ne veux pas me montrer pressant mais...
Ursula: oh oui c'est vrai mon petit poisson j'allait t'oublier. Je vais te donner la potion promise.

Ariel me lance un regard assez menaçant que je n'ose pas affronter par honte.

- oh non Ariel s'il te plait, comprend moi je voulais vraiment retrouvé ma maison et ma taille...s'il te plait comprend moi.

Elle reste de marbre, voyant que je ne pourrai pas me faire pardonner je part rejoindre Ursula vers son espèce de chaudron pendant qu'Ariel attend avec les murènes. Arrivé devant, d'étranges lueurs commence à en sortir.

Ursula: surtout reste bien en place et ne bouge pas d'un centimètre.

Les lueurs ce rejoignent et n'en forme plus qu'une qui s'enveloppe autour de moi. L'effet dure plusieurs seconde.........

-........alors ?

Ursula: et bien tu QUOI ????

- quoi quoi ????

Ursula: je ne me suis pourtant pas trompée...

Je constate que ma taille n'a pas changé d'un pouce......je crois que je vais pleurer...

Ursula: et bien navré mon petit mais je ne peux rien faire pour toi, bien maintenant si tu me le permet j'ai une affaire plus importante à régler.

Tête basse je nage pour aller à la sortie......

Ariel:...Michel attend !

Je m'arrête et me tourne vers elle

- quoi ?...

Ariel:...désolé pour toi...

Elle me caresse la tête avec un doigt en souriant, finalement je crois qu'elle m'aime bien........grah je peux pas me résoudre a la laissé seule ! Du coup je préfère rester ici avec Ariel car je sais bien ce qui va se passer et je devrais aider Polochon et Sébastien, je doit bien ça à Ariel.

Ursula: alors ma belle ? Prête a devenir humaine ?

Ariel: vous pourriez faire ça ???

Ursula entonne son fameux chants "pauvres âmes en perdition" et je peux donc voir en direct Ariel signé le contrat, Ursula prend la voix d'Ariel qui se change immédiatement en humaine, je sais que j'aurai pu empêcher ça mais comment pourrait-elle rencontré Eric...
Pour aider Sébastien et Polochon à amener Ariel à la surface je la pousse par un de ses pieds fraichement acquis, oui c'est stupide mais mettez vous à ma place. Et non il fait tellement sombre dans cet caverne que je n'ai pas pu voir Ariel nue et heureusement.

 

 


RépondreQuote
michel miniature
(@michel-miniature)
Trusted Member
Inscription:Il y a 6 mois 
Posts: 80
06/06/2018 6:10  

Chapitre 14

Sérieux je n'ai pas dû être d'une grande aide...sans jeu de mot mais...pfou je suis épuisé, on a poussé Ariel aussi loin qu'on a pu...d'ailleurs je me demande où je sui aaaaah ! Voilà que je me retrouve levé par je ne sais quoi !

- qu'est-ce qui se passe encore ? Ariel mais que...

Mais oui je suis totalement abruti, elle a des jambes maintenant, résultat je me suis retrouvé entre ses orteils tandis qu'elle admire ses nouveaux membres.

- Ariel je suis...désolé de t'avoir menti, je tenait tellement a revoir mon monde que je t'ai entraîner dans cette histoire stupide...

Sachant qu'elle ne peut pas me répondre je me demande bien ce qu'elle pense, puis d'un coup elle me fait un sourire malin et secoue sa jambe et donc moi avec.

- da da da da da da cco ccord je cr cr crois que tu me me me me pardonn nn nne !

Elle s'arrête et me laisse descendre de son pied pour que j'aille sur le rocher avec Sébastien et Polochon ainsi que Eureka qui viens de nous rejoindre mais d'un coup...

- Ariel mais qu'est-ce que tu ???!!!!

Elle se met debout, je me cache vite les yeux !

-Ariel je te signale qu'avec les jambes tu a gagné l'organe génitale qui va avec !

Pfff pourquoi je lui dit ça elle doit même pas connaître ce mot...d'ailleurs elle m'écoute même pas elle essaye de tenir debout.

Sébastien : regardez moi ça ! Une sirène sur des jambes ! Des jambes humaines ! Sa me cisaille les pattes...

Il se tourne vers moi

Sébastien : Michel, le roi t'a accordé la journée pour t'en aller alors tu peux au moins faire une bonne action, tu va venir avec moi au royaume et on raconte tout au papa !

Ariel nous attrape et secoue frénétiquement la tête, la pauvre je la comprend.

Sébastien: Si Ursula accepte de te rendre ta voix, tu rentrera à la maison avec tes amis poissons et ensuite tu pourra...tu pourra....

Ariel prend un air si triste que même moi je n'y résiste pas...

- Sébastien on peux pas lui faire ça...elle serai si malheureuse...

Sébastien: c'est vrai...très bien...je t'aiderai comme je le pourrai pour retrouver ton prince.

Elle souris puis nous embrasse tous les 2 et nous repose.

Eureka: Ariel si tu veux te faire passer pour une humaine la première chose à faire c'est d'être à la mode, tiens essaye voir ça.

Elle enfile alors une vieille voile de bateau

Eureka: c'est d'un chic tu est irrésistible !

Ariel me regarde et fais des gestes pour...apparemment....me demander mon avis enfin je crois...désolé je parle pas le langage des signes couramment !

- non c'est nul, nul nul nul archi-nul tu ressemble à un sac poubelle.

Elle me regarde d'un air de dire "c'est quoi un sac poubelle"

- bref t'en fais pas je pense que tu aura des vêtements plus adapté à ta nouvelle condition une fois que tu aura trouver le...

Je suis coupé par des aboiements, Eric est sur le chemin pour nous trouver guider par son chien Max. Avec Sébastien je grimpe vite dans la poche du...hum..."vêtement" d'Ariel. Plus tard alors qu'Eric la ramène dans son château, Ariel prend un bain, je saute vite de la poche de son truc avant d'être emmené au lavoir mais Sébastien n'a pas le temps de suivre. J'atterrit sur le bord de la baignoire.

- Aïe aïe j'espère que Sébastien va trouver un moyen de s'en aller.

D'un coup je me sens soulevé, Ariel m'a pris par le col avec deux de ses doigts et me tiens près de son visage en souriant.

- quoi qu'est-ce qu'il y a ?

Son sourire devient un peu plus sadique alors qu'elle commence à me...déshabiller ??? Ah non !!!

- Ariel mais qu'est-ce que tu fais ??? Laisse moi de suite !

Comme avec Blanche-neige, je me cache les bijoux de familles tandis qu'Ariel pose mes vêtements sur le rebord et me lâche dans l'eau.

- Je n'ai pas besoin de me laver Ariel, je te signale que j'était dans l'eau y'a dix minutes ! Eh mais que...

Toujours en souriant, elle plonge sa main dans l'eau et pousse l'eau vers moi ce qui amène un véritable raz-de-marée.

- WOOOOOOOOOOOAAAH !!!!

La vague m'emporte et me fait atterrir contre le rebord.

- ok c'est bon ! Tu as gagné ! Je me lave...mais juste cinq minutes hein !

Donc je me lave dans mon coin ne tenant pas à être trop près d'Ariel, j'ai quand même une certaine pudeur.

- j'ai terminé...euh comment je vais remonter moi ?

Ayant entendu ma question, Ariel fait sortir un de ses pieds sous moi et le pose sur le bord.

- euh merci Ariel

Toujours avec les bijoux cachés, je lui fait un petit sourire gêné qu'elle me rend avec un clin d'œil. Je sèche patiemment et me rhabille avant que la servante revienne. Lorsqu'elle revient, Ariel m'attrape dans son poing en sortant de la baignoire, impossible de savoir ce qui ce passe après mais quand la lumière m'arrive de nouveau, Ariel est paré d'une robe rose plutôt jolie et ma posé sur son épaule.

- splendide Ariel ! Tu est sublime et tes cheveux font une excellente cachette.

Ariel est ensuite amenée devant le prince puis tout le monde se dirige à table tandis que je reste caché dans ses cheveux...oh la vache je me rappel d'un truc !

- non Ariel ne te coiffe pas avec ça ce n'est pas fait pour................trop tard

J'ai bien essayé mais fichu, elle l'a fait, moi je n'ai rien eu mais elle, elle vient de littéralement ce taper la honte.....oh non pas deux fois !!!!

- Ariel ne souffle pas dans ce ..............laisse tomber.....

Et de deux, la voilà ridicule, au moins le prince trouve sa drôle c'est déjà ça.

Carlotta (la servante): le chef vous a préparer de l'estocade de crabe.

-.....de crabe....Sébastien !!!

Ariel ouvre de grand yeux

- pas de panique Ariel je...je suis sûre qu'il va bien !

Je commence a tortiller un des LLOOOOOOOONG cheveux d'Ariel tandis qu'elle tortille ses doigts.

Une fois que les plats arrive, nous voyons Sébastien dans le plat de Grim l'ami d'Eric, Ariel lui fait signe de vite venir sous sa cloche à elle.

- ouf...sauvé.

Le soir venu, dans la chambre d'Ariel

Sébastien: j'espère que tu apprécie ce que je suis capable d'endurer pour toi jeune fille !

Tandis que je suis déjà sur le lit, Ariel s'installe comme elle peut, bah oui c'est la première fois qu'elle dort dans un lit rappelez vous.

Une fois installé et après m'avoir fait faire un bond de plusieurs mètre en sautant sur le lit ! J'essaye de calmer Sébastien.

- ne t'en fais pas mon ami, je pense pas que tu aura à subir sa encore. Bref, Ariel demain tu devra sortir le grand jeu si tu veux que le prince t'embrasse, mais pour le moment dort.

En partant pour aller me coucher sur un coin du lit, je lui caresse vite fait un de ses talons, Ariel me fait alors signe, elle souris et se mordille un ongle.

- un problème ?

Toujours avec la même tête, elle désigne ses pieds de l'autre main.

- y'a un soucis Ariel ?

Elle continu de les designers, ne comprenant pas je me met devant, elle hoche la tête.

- Sa ta plus ?

Elle hoche la tête de nouveau et apparemment voudrait que je recommence....elle prend de très mauvaises habitudes...

- euh tu va pas dormir d'abord ?

Elle secoue la tête...je n'y échapperai pas. Je commence donc a lui masser les pieds du talon jusqu'au orteils ce qui implique que je doit grimper dessus, je regarde son visage de temps en temps, elle a l'air de vraiment aimer ça tandis que Sébastien lui ne comprend absolument rien vu la tête qu'il tire. Une fois que je peux voir qu'Ariel dort, je m'arrête et file me coucher.

- "j'aime pas trop ça....si elle commence de cette manière qui sais comment sa va finir ?...on verra bien demain"

À suivre

 


RépondreQuote
michel miniature
(@michel-miniature)
Trusted Member
Inscription:Il y a 6 mois 
Posts: 80
06/06/2018 6:11  

Chapitre 15

Nous sommes le lendemain et nous voilà partis en balade avec Eric et Ariel, moi je suis toujours caché dans les cheveux d'Ariel et j'observe, d'un autre côté je prie beaucoup pour que le prince embrasse Ariel assez rapidement mais je n'y crois pas trop, je doute que ma venue dans ce conte change cette situation enfin on va bien voOOOAAAAAAAAAAAAH ! Mais elle est folle cette fille ! Elle viens de pencher la tête a l'arrière du chariot pour voir le cheval marcher ! Heureusement que je m'accroche bien !

Bref après un instant je m'aperçois que Polochon nous suis a la trace :

Polochon: alors il l'a embrassé ?

Sébastien: pas encore.

- si seulement il pouvait se dépêcher je commence a crever de chaud dans ces cheveux moi !

Nous arrivons sur la place du village et Ariel est toute contente de découvrir notre monde, elle danse même avec Eric, heureusement que c'est une danse assez douce parce que je pense que je survivrai pas à une valse endiablée. Vers la fin de la journée et après quelque emplettes nous rentrons...et Eric décide de laisser les rennes du chariot à Ariel.

- oh non !

Ariel attrape les rennes et fais foncer le cheval, elle veux ma mort !

- Arieeeeeel ralentiiiiit !

Ouf ça aura pas duré trop longtemps non plus. Cette fois nous sommes à la fin de la journée et en bateau, mais toujours rien ! Je veux pas être pressant mais il ne reste plus qu'une journée ! Et moi j'ai passé tellement de temps dans les cheveux d'Ariel que j'ai commencé a les compter....238 pour le moment.
J'entend alors une voix horrible venir de...d'un arbre ? Oh c'est pas vrai, Eureka essaye de poser l'ambiance romantique mais ça voix est...indescriptible on dirait qu'il ce gargarise. J'essaye de lui faire signe de fermer sa gue*le mais rien n'y fait.

- dit Sébastien tu veux pas t'en occuper ?

Sébastien : oh si ! Je travail vraiment avec des amateurs ! Comme vous dite vous les humains *on est jamais si bien servi que par sois même *

Et sur ces mots il plonge pour mettre en place l'ambiance romantique c'est a dire la chanson "embrasse là" aider des animaux du coin, y'a vraiment que moi qui trouve bizarre que ce prince ne se sois jamais demandé d'où venait la voix qui lui à dit le prénom de la fille en face de lui ? Enfin bref, on y'est ils vont s'embrasser !

- allez vas-y !

Mais d'un coup le bateau se retourne et tombe à l'eau, le baiser avec. Evidemment la chute m'a fait tomber des cheveux d'Ariel.

- mais qu'est-ce qui....vous ? Sérieux les gars vous exagérez !

Je suis à côté de Flotsam et Jetsam qui rient de bon cœur de leur coup, sans plus de cérémonie je rejoins vite Ariel, nous partons nous coucher après cette longue journée....254 j'ai pas beaucoup avancé surtout que ses cheveux pour moi sont énormes.

Le lendemain, Eureka nous réveille de très bon heure

Eureka : félicitations Ariel tu a gagné !

- de quoi tu parle encore ?

Eureka : comme si vous n 'étiez pas au courant, le prince se mari et le mariage à lieu cet après-midi !

Ariel à un sourire jusqu'au oreilles, elle nous prend moi et Sébastien, nous embrasse et part voir le prince.

- Ariel attend ! Il faut que je te dise quelque chose !

Je cours derrière elle, la pauvre risque d'être déçue ! Très déçue même...
Nous arrivons à l'entrée du château et ce que je craignais arrive...Ursula déguisé en Vanessa se teint près du prince et bien entendu le mariage a bel et bien lieu cet après-midi. Je regarde Ariel qui a du mal à contenir la douleur du coup de poignard qu'elle vient de recevoir et elle part en pleurant manquant même de me marcher dessus !

Je jette ensuite un regard vers Ursula qui apparemment me vois du coin de l 'œil et me fait un clin d'œil. Je n'y répond même pas et poursuis Ariel. Une fois qu'elle s'est habillé elle part observer le bateau des mariés qui s'éloigne, elle se laisse aller et pleure à chaude larmes. Je grimpe sur sa jambe pour aller sur son genoux, elle à mis sa tête entre ses bras. Je grimpe sur son bras et caresse sa tête.

- je suis désolé Ariel...t...t'en fais pas...on va trouver une solution je te laisserai pas, promis.

Elle relève la tête vers moi, j'essaye de chasser une larme de sa joue mais elle me coule sur le bras ! Elle est énorme en plus ! Je l'envoi valser dans l'eau et me colle contre le nez d'Ariel. Quand soudain...

Eureka: Ariel ! Ariel ! Je..je volais, bah bien sûre forcément je volais, lorsque j'ai vu la soupière euh la sorcière qui s'admirait dans un miroir et qui chantait à tue-tête avec des cordes vocales volées !

- Ariel, Eric va épouser Ursula sans le savoir !!!

Polochon: qu'est-ce qu'on fait ???

Ni une ni deux, Ariel m'attrape, me remet dans ses cheveux et plonge, Sébastien fais tomber des tonneaux près d'elle.

Sébastien: Ariel accroche toi au tonneau, Polochon conduit la au bateau à fond les nageoires !

- Sébastien tu ferai mieux d'aller prévenir le roi Triton !

Sébastien: j'y compte bien ! C'est plus possible ça !

- Eureka, retarde le mariage !

Eureka: quel mariage ? Ah oui !!

Tout le monde à une mission précise, pour le moment j'accompagne Ariel et Polochon, Polochon qui tire d'ailleurs de toutes ses forces, ce poisson m'étonnera toujours.

- courage Polochon !

Polochon: on y est presque !

De la où je suis je peux voir les animaux rassemblé par Eureka foncé sur le bateau, bateau que l'on viens de rejoindre, Ariel grimpe à bord au moment où le collier d'Ursula ce brise et Ariel récupère enfin sa voix !

Eric: cette si jolie voix, alors c'était vous depuis le début ?

Ariel: Eric je vous l'aurait dit sa j'avais pu

- vite Ariel !

Ursula : nooooooooooooon !

- aaah trop tard !!!

Je vois le soleil ce coucher et Ariel redeviens sirène, Ursula reprend sa véritable forme et nous entraîne moi et Ariel sous l'eau.

Ursula : ma petite sirène tu m'a servi d'appât mais j'ai un plus gros poisson en vue !

- sa suffit Ursula !

Je sort des cheveux d'Ariel

Ursula : oh va voir ailleurs si j'y suis microbe...

Elle me met une pichenette qui m'envoie contre un rocher, sa fait très mal !

Ariel: Michel ! Ca va aller ???

- sa ira...

Triton: arrière sorcière ! Laisse la tranquille !

Ursula: jamais c'est à moi quelle appartient, elle à signé un pacte !

Triton tente de détruire le parchemin mais en vain, Ursula lui propose alors d'échanger sa fille contre lui même.

Ursula: alors mon roi ? Affaire conclue ?

Il remplace la signature d'Ariel par la sienne et se fait transformer en...ce trucs qu'on peux voir dans le repère d'Ursula. Ursula qui profite alors de la situation pour s'emparer de la couronne et du trident.

Ariel: monstre, vous n'avez pas le droit !!!

Ursula : ne joue pas à ça avec moi petite peste, contrat ou pas je vais AH !

Eric viens d'intervenir ! Flotsam et Jetsam sont à ses trousses !

Sébastien: allons-y !

-euh...je vous attend là !

Ben oui qu'est-ce que je peux faire à ma taille ? Rien ! Pendant ce temps Ursula vise Eric mais Ariel la déstabilise ce qui fait qu'elle détruit les deux murènes.

- aïe aïe aïe mauvaise idée Ariel !!!

Oh oui très mauvaise !!! Dans un épais nuage de fumée noire je vois Ursula grandir sans s'arrêter ! Pour les autres c'est impressionnant mais pour moi c'est horrifiant, elle ne doit même plus me voir à cette taille !!!!!!!!!!! Je ne sais pas ce qui se passe la haut mais tout commence a tourner et je suis emporter dans ce tourbillon.

- AU SECOUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUR !!!!!!!!!!!!!!!!!

Sa dure sans s'arrêter j'ai l'impression que mon heure est venue je vais sûrement m'écraser la tête contre un bateau !!! Puis d'un coup...tout ce calme...j'ouvre les yeux...je suis sur la plage enfin pas tout a fait je suis encore un peu dans l'eau et il fait un grand soleil. Ursula à été vaincue...

- pfiouuuu...eh beh j'ai eu chaud. Eh mais..

Oui je rêve pas je vois Ariel marcher vers Eric ! Triton lui à donné des jambes c'est vrai !.....bon euh elle avance un peu trop près de moi là par contre !

- Ariel attend Ariel !! Je suis ic......

Son pied nu s'abat sur moi de manière assez lourde, en faite j'était tellement préoccupé par le bonheur d'Ariel que j'en ai presque oublié mon monde, sa se reproduira pas....n'empêche c'est toujours aussi douloureux de ce faire écraser !

À suivre

 


RépondreQuote
michel miniature
(@michel-miniature)
Trusted Member
Inscription:Il y a 6 mois 
Posts: 80
06/06/2018 6:11  

Chapitre 16

Conte 8 - La belle et la bête

Mmh......gah, c'était pas agréable d'être écrasé dans l'eau de mer et le sable en même temps...j'ouvre les yeux lentement et remarque que je suis....je sais pas où ! Derrière moi apparemment cela ressemble à du bois traité, les côtés aussi mais alors en face je reconnais absolument pas. Mais cet odeur...on dirais l'odeur du papier...je m'avance et touche ce qu'il y'a en face de moi...c'est du papier pas de doute. Je regarde alors ce que je touche et...c'est une page ! Alors ce qu'il y'a en face de moi ce sont de gigantesques bouquins !

La vache, si un d'eux venait a me tomber dessus ce serait la mort assuré c'est clair, sa m'aiderait pas mal tiens. Eh dit donc....je rêve ou dehors sa pousse la chansonnette ??? Je vous jure je crois qu'on chante mais j'entend pratiquement rien. D'un coup une sonnette retentit.

???: ah Belle

???: bonjour, je rapporte le livre que je vous avais emprunté

Belle ????? Euh minute, Belle de...la belle et la bête ?....au secoure...je m'approche du livre en face de moi pour entendre ce qu'ils disent.

Libraire: tu me le rapporte déjà ?

Belle: oh je l'ai dévoré en une nuit !

"Dévoré en une nuit"...que cette phrase ne me plaît pas !

Belle: vous avez quelque chose d'autre ?

Libraire: héhéhé depuis hier non hélas.

Belle: sa ne fait rien, je prendrai...celui là

Le livre bouge soudainement, Belle viens de le prendre et par réflexe je m'y accroche mais pas assez solidement et je tombe. Mais au moment où je pensais ne pas faire long feu dans ce conte-ci, j'atterris dans le panier de Belle, décidemment j'ai vraiment pas de veine ! Après que le libraire lui ai fait cadeaux du livre elle sort en le remerciant et commence à lire, elle ne m'a même pas remarqué, c'est déjà ça. Impossible pour moi de sortir du panier, j'ai aucune prise pour escalader et en plus sortir en pleine rue...ce serait pas intelligent. J'en profite pour entendre tous les habitants du village chanté et bien entendu Belle.

Seulement là où c'est moins drôle pour moi c'est qu'a chaque mouvement qu'elle fait avec son bras où elle porte son panier, je suis balancé à chaque fois ! Après son arrêt à la fontaine, elle reprend son chemin tout en continuant de lire et moi je la regarde de mon point de vue, je vous le dit elle est magnifique ! Ah alerte rouge, voici le glandu de service, le macho typique, le lourdingue de base, j'ai nommé Gaston....sérieux qui appel son môme Gaston ??!!

Gaston: bonjour Belle

Belle: bonjour Gaston

Bien entendu il lui prend son livre et le jette dans une flaque, je me cache bien a plat dans le panier pour éviter que l'un des deux me vois.

Gaston: Belle, les femmes ne sont pas faite pour lire, dès qu'elles ont des idées dans la tête c'est l'horreur.

Hum....vous voyez moi si je sortais cette phrase à Belle je serais mort et je le resterai je crois.

Belle: tu es un analphabète, basique et primaire.

Gaston: merci du compliment !

Il lui propose de le suivre à la taverne ce qu'elle refuse poliment et bien entendu lorsqu'elle dit qu'elle doit aider son père le Fou et Gaston se moque.

Belle : je vous défend de dire du mal de mon père !

Elle met son livre dans le panier et AAAAÏE ! Et...je me le prend sur le dos !!!! C'est le poids des mots je suppose !

Belle: mon père à toute sa tête ! C'est un grand génie !

Une petite explosion ce fait entendre et Belle y cours ça vient de sa maison, son père à encore f*irer une invention je suppose. Une fois arrivé, il y a plein de fumée et je me retiens de tousser pour ne pas être repéré, après avoir discuté avec son père et l'avoir aidé a chargez sa machine pour aller à la foire, Belle salue son père et rentre avec le panier et le livre. Elle le prend et j'en profite pour m'y accrocher à nouveau, erreur fatal.....au moment où Belle allait commencer à lire...

Belle: hmm ?..AH !!

Je viens de l'effrayée et elle lâche le bouquin mais malheureusement en tombant j'ai atterris sur la couverture du livre, je me remet de ma chute et jette un coup d'œil à Belle. Elle s'est reculée de quelques mètres, elle a l'air de moins en moins inquiète, elle prend un air interrogateur puis se rapproche un peu en plissant les yeux. Quand apparemment elle découvre ce que je suis, elle écarquille légèrement les yeux, replace une mèche de cheveux et bien que bouche-bée elle commence à sourire.

Belle: bonjour toi !

- ah !!!

Effrayé par ce visage un peu trop heureux à mon goût (surtout en sachant que j'en suis la cause) je court me cacher sous un meuble.

Belle: non reviens ne te sauve pas !

Elle se met à 4 pattes pour me regarder sous le meuble puis avec sa main essaye de m'attraper, elle y va même du bout des ongles mais je reste trop éloigné.

Belle: hmmm...ah ça pourrait être utile !

Elle se relève et part chercher quelque chose, maintenant je me fit aux tremblements de terre produits par les pas pour savoir si quelqu'un est proche ou non, j'entend un bruit comme-ci on renversait le contenu de quelque chose sur une table mais je ne vois rien. Vu qu'elle a l'air assez loin je court vite hors de ma cachette vers la porte pour passer dessous.

- tant pis je trouverai autre chose pour passer dans le prochain conte !

Mais les pas derrière moi reprennent et se rapprochent dangereusement et très rapidement et avant que j'ai pu atteindre la porte, une masse noir me tombe dessus mais ce n'est pas un pied Belle c'est une boîte ! Sûrement ce qu'elle a vidé...

- non !!! Laissez moi sortir pitié !

J'essaye de poussez la boîte mais elle ne bouge pas d'un centimètre.

Belle: tu sortira uniquement quand tu sera calmé et de toute façons je suis assise sur la boîte alors que choisis tu ?

J'hésite à répondre

Belle: dépêche toi la boîte pourrai céder sous mon poids.

- d'accord d'accord ! Je me suis calmé...

Je l'entend ce lever puis elle enlève la boîte et me prend dans sa main.

Belle: incroyable...c'est incroyable !

- je...je suis désolé mais vous m'avez embarquez un peu de force chez le libraire, je suis tombé dans votre panier,

Belle: ce n'est pas grave c'est le genre d'accident que je voudrais avoir plus souvent ! C'est fou comme vous êtes minuscule, une vraie fourmi !

- vous n'êtes pas obligé de m'humilier verbalement vous savez...

Belle: t'humilié ? Tu n'assume pas ta taille ?

- ce n'est pas ma vraie taille

Belle: oh excuse moi, je suis Belle et toi ?

- Michel

Belle: comment es tu devenu aussi petit ?

- je sais pas et je cherche a retrouver ma taille d'origine et mon monde d'origine aussi

Belle: tu viens d'un autre monde ??? Passionnant !

Elle me caresse les cheveux, puis ramasse son livre et s'installe dans une chaise avec un coussin rose et se met de travers comme sur un canapé puis elle me pose sur un de ses pieds.

Belle : j'aurai pu t'écraser tu n'aurai pas dû t'enfuir, pourquoi as-tu voulu t'échapper ? Je ne suis pas méchante.

- ben c'est que j'ai eu plusieurs problèmes avec les gens "normaux"

Belle : ah je vois, mais ne t'en fais pas tu es en sécurité avec moi.

Soudain je me sens glisser vers le bas, je vais tomber ! Heureusement je me rattrape en forçant un peu la pression sur le pied de Belle pour ralentir la chute et je remonte vite dessus.

Belle: tout va bien ??

- euh oui oui

Belle:....refait le s'il te plait

- de quoi ?

Belle : cet espèce de massage, refait le c'était assez plaisant

- mais...

Belle: s'il te plaît Michel...

- bon...

Je m'agenouille sur son pied et lui masse

Belle: mmmmmmmmmmmmmmmm ce que s'est agréable

Elle retire ses chaussures et les laisse tomber au sol puis elle replonge dans son bouquin

Belle: quand j'aurai terminé on fera quelques petites choses d'accord ? En attendant continu.

- "....je veux rentrer chez moi !!!!!"

Á suivre

 


RépondreQuote
michel miniature
(@michel-miniature)
Trusted Member
Inscription:Il y a 6 mois 
Posts: 80
06/06/2018 6:12  

Chapitre 17

Sa fait à peine quinze minutes que je suis dans ce conte et je me fais déjà esclavagé, y'a pas de l'abus ??? Pendant que je lui masse les pieds, Belle pose un coup son regard sur moi, un coup sur son bouquin, puis finalement elle pose le livre sur ses genoux.

Belle: je n'arrive pas à me concentrer, c'est tellement extraordinaire de rencontrer un humain si petit ! J'ai toujours espérer vivre une expérience hors du commun comme celle là.

- si vous croyez que moi sa m'amuse, vous imaginez à peine ce que je vit au quotidien.

Belle: oh ne le prend pas mal.

- non je ne le prend pas mal mais disons que c'est pas tous les jours faciles

Belle: je l'ai bien compris quand tu as essayé de m'échapper

- au passage je peux savoir pourquoi vous me faite faire un massage ?

Belle: parce que j'aime bien et en plus c'est amusant, c'est un peu comme si je possédais un serviteur de poche hm hm

- ah...

Qu'est-ce que vous voulez que je réponde à ça..

Belle: explique moi, de quel monde viens tu ?

- euh c'est compliqué à expliquer, enfin disons que les thermes que je risque d'employer seront sûrement bien trop ennuyeux à vos yeux.

Belle: oh dommage

Soudain on frappe à la porte, voilà une chance inopinée ! Elle remet ses chaussures.

Belle: je vais aller voir, mais d'abord...

Elle me saisis puis...tire le haut de son vêtement ? Mais...mais...

- Belle vous n'allez quand même pas...

Belle: c'est très gênant mais je n'ai pas d'autre idées en ce moment...

Elle devient rouge tomate et me lâche, je fait en sorte d'atterrir sur ses....seins...plutôt qu'entre....non sérieux je viens de prendre un coup dans la tronche, moi qui la pensais un peu plus pudique. Je suppose qu'il n'y a pas de quoi ce gêné vu ma taille...la porte s'ouvre

Belle: Gaston ? Euh...quelle bonne surprise...

Gaston: et oui je suis un homme plein de surprises !

Aaaah oui, la fameuse demande en mariage, je les laisse donc parler et observe assez amusé la tête de Belle à chaque phrase que l'autre andouille lui sort, de mon point de vu c'est très marrant ! Elle fini (grâce à un habile stratagème dont seul les femmes ont le secret) par le mettre dehors et lui jette ses bottes. Elle rouvre la porte et me sort de ma "cachette"

Belle: il est partit ?

- on dirait bien, jolie ruse au passage !

Belle: non mais tu te rend compte ? Me demandez d'être sa femme ! Moi devenir l'épouse de ce rustre ! De ce primaire !

- si je peux appuyez tes dires Belle, si l'homme descend du singe, lui il est toujours en haut de l'arbre.

Belle *ricane*: oooh Michel, ça c'est méchant hihihihi

- je sais c'est fait exprès

Belle: Madame Gaston, non mais quelle idée, madame Gaston à aucun prix. Sa non, jamais, je suis désolé je veux vivre autre chose que cette viiiiiie

Elle court avec moi sur son épaule et s'arrête au sommet d'une petite pente.

Belle: je veux m'envoler dans le bleu de l'espace, je veux tout ce que je n'ai paaaas

Elle me prend dans sa main et me caresse doucement la tête ce qui m'inquiète et me fait rougir à la fois

Belle: Un ami qui me comprenne et des livres par centaine, sans m'occuper des gens qui jacaaaaaaaassent

Soudain son cheval déboule de la forêt

Belle: Philibert ???

- que se passe-t-il ?

Belle: mon père est parti à une foire avec lui et son invention mais...pourquoi est-il seul ??? Philibert aide moi à retrouver papa !

Elle me prend avec elle

- mais Belle qu'est-ce que tu fait ?

Belle: je ne te laisserai pas seul !

- ah...

Nous voilà parti dans la forêt et après un voyage sans encombre, Philibert nous amène devant le château de la bête....je vous jure que cet endroit est flippant !

Belle: quel endroit...bizarre

- bizarre ??? Bizarre ??? C'est le seul mot que tu trouve ? Je dirais plutôt, quel endroit qui à l'air de craindre à mort oui !!!

Belle: craindre à mort ?

- euh...je t'expliquerai plus tard

Elle descend de cheval et trouve alors le chapeau de son père

Belle: papa...

- on...on va aller à l'intérieur ?

Belle: oui, reste bien accroché à moi

- oh sa ne t'en fais pas !

Nous pénétrons dans le château...comme prévu cet endroit est juste méga lugubre....ET CRAINS A MORT ! Pourtant j'ai toujours trouvé le château de la bête stylé mais en vrai il fait quand même bien flippé ! Belle appel son père dans chaque recoin que nous visitons, quand d'un coup...

Maurice : Belle ?

Belle: papa !

Maurice : mais qu'est-ce tu fais ici ?

Le père de Belle est enfermé dans un cachot, sa risque d'être chaud pour le faire sortir.

- tu voit Belle, je savais bien qu'on le trouverai.

Maurice: oh mais...qui est-ce ???

Belle: je t'expliquerai plus tard, oh papa tes mains sont glacées et tu a l'air malade, je vais te sortir de là et t'emmener pour qu'on te soigne.

Maurice: Belle il faut que toi et ton ami sortiez de cet endroit maudit !

Belle: qui ta mis dans ce cachot ?

Soudain je me sens propulsé de l'épaule de Belle et tombe au sol, je lève la tête et vois l...la...la bête !!!!! Je me cache vite pendant que Belle négocie la liberté de son père. La bête accepte et violemment jette Maurice hors du château, j'essaye d'en profiter pour retourner près de Belle mais la bête reviens. Belle est en train de pleurer, j'aimerai beaucoup l'aider mais avec la bête dans les parages...

La bête: je vais vous conduire à votre chambre

Belle: ma chambre ?

La bête : vous préférez dormir au cachot ??!!

Belle: n...non

La bête: alors suivez moi

Je vois Belle qui me cherche quelques instants du regard puis fini par baisser la tête et suis la bête, ce que je m'empresse de faire également, pendant le chemin j'essaye de rester assez distant pour ne pas que la bête me repère mais pas trop pour éviter de les perdre. Une fois arrivé à la chambre...

La bête: vous viendrez dîner avec moi ce soir ! ET CE N'EST PAS UNE INVITATION !!!!!

Il clac violemment la porte et s'en va, j'en profite pour me diriger vers la porte et passer dessous, comme quoi ma taille à ses avantages. Je retrouve Belle en larme sur son lit. Habituellement je suis assez rancunier et je devrais la laisser ce débrouiller seul pour m'avoir un peu "utilisé" et un peu humilié à notre rencontre...mais je sais pas là j'y arrive pas.

- Belle, eh Belle !

Belle: *snif* quoi...qui...*snif* qui est la ?.....Michel !!!

Je cours vers elle, elle joint ses mains et les poses à plat au sol, je saute dedans et me monte à son visage

- Belle ça va aller ?

Belle: c'est plutôt à moi de te le demander ! J'ai cru que tu t'était blessé ou pire tout à l'heure.

Je me met contre sa joue, elle ferme les yeux mais continu de pleurer.

Belle: c'est terrible Michel, je vais rester éternellement dans ce château j'en ai fait la promesse...je n'ai même pas pu embrasser mon père ou lui dire au revoir.

- sa va aller Belle, je vais pas te laisser tomber.

Belle: je...Michel...s'il te plait....j'aimerai que tu me fasse toi aussi une promesse, promet moi de rester éternellement avec moi...ou du moins tant que nous serons dans ce château.

- euh je....

Cette proposition m'effraie assez mais si le conte n'a pas trop changer on ne restera pas trop longtemps au château...enfin j'espère. Et donc sans broncher...

- d...d'accord Belle, je te le promet

Elle me sourit et me serre doucement contre elle...je sais pas pourquoi mais...j'ai l'impression d'avoir dit une con*erie.

A suivre

 


RépondreQuote
Page 1 / 6 Suivant
Share:
  
En travaux

Veuillez Connexion ou Inscription